:|
12 Octobre 2006

The Ed Palermo Big Band

Take Your Clothes Off When You Dance

par Aleksandr Lézy
Ed Palermo n’est pas seulement un musicien talentueux, c’est aussi un bon compositeur et surtout un fantastique arrangeur de jazz ! Alors pourquoi parle-t-on ici de lui me direz-vous ? C’est très simple, depuis 1994, Palermo se consacre, ainsi que les dix-huit musiciens de son Big Band, à arranger (ou réarranger, la musique du génie étant déjà si bien léchée) les compositions de Frank Zappa. Voici donc Take Your Clothes Off When You Dance, le second disque du célèbre saxophoniste consacré à la musique du regretté Frank Zappa, après Plays the Music of Frank Zappa sorti en 1997.

Ed Palermo a sans doute dû être profondément marqué par la mort prématurée de Zappa le 4 décembre 1993 pour lui consacrer aussi rapidement une grande partie de sa vie musicale. Il y a deux postulats de départ lorsqu’on veut s’attarder un peu à Palermo. La musique de Zappa vaut-elle d’être arrangée ? Et n’est-ce pas un peu présomptueux de vouloir s’attaquer à une œuvre aussi vaste, phénoménale et unique ? Nous y répondrons au fil de la chronique, bien qu’a priori les réponses soient évidentes !
Après plusieurs écoutes de ce disque, il en ressort que Palermo est non seulement un homme intelligent du fait du nouveau visage qu’il donne à une musique complexe et difficile à jouer, une vision aussi profonde de cette musique prouve que l’homme a recréé un univers qu’il vénère à travers son propre univers et c’est là en effet tout l’intérêt ! De plus, étant lui même saxophoniste et non pas guitariste comme Zappa, il modifie l’aspect rock pour le rendre jazz au final, même si on sait que cet esprit était sous-jacent à la musique du fumeur de trois paquets par jour. Le saxophone prend donc la place de leader du big band et l’effet a du répondant.
Rien ne sert donc de décrire ce que l’on entend dans cette petite heure de musique car si l’on ne connaît pas Zappa, d’un point de vue jazz le résultat est soigné et original et si l’on connaît Zappa, c’est une façon de redécouvrir totalement des titres comme « RDNZL », « Sleep Dirt » ou « Moggio ». Le Nasal Retentive Orchestra de Christophe Delbrouck, l’un des plus grands biographes de Zappa si ce n’est le meilleur, est le pendant d’Ed Palermo, avec lui un côté rock déjanté. Ed Palermo n’est pas déjanté lui ...

En réponse donc aux deux questions posées plus haut, la musique de Zappa ne mérite donc en aucun lieu d’être arrangée, elle se suffit largement à elle même, c’est évident. Cependant, un groupe qui réarrange n’est pas simplement un groupe de reprise, car la démarche, au-delà de promouvoir la musique d’un artiste que l’on adule, n’est pas simplement de l’imiter mais de se l’approprier pour lui redonner vie à travers une autre dynamique. C’est présomptueux en effet, mais qu’importe finalement, l’ambition est un moteur de réussite et de magnificence des éléments bousculés musicalement. Le résultat est donc à la hauteur d’une certaine pensée artistique forte.
  • Année: 2006
  • Label: Cuneiform Records / Orkhestra

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir