:)
12 Novembre 2005

Sieges Even

Art of Navigating by the Stars

par Aleksandr Lézy
Sieges Even est en quelque sorte le groupe par lequel tout commence en matière de métal progressif. En 1988 sort Life Cycle alors que ni le When Day and Dream Unite de Dream Theater ni le Control and Resistance de Watchtower (le nom de la première démo de Sieges Even est d’ailleurs Repression and Resistance) n’ont encore vu le jour. Il va sans dire cependant que la polémique sur cette naissance du genre dure encore aujourd'hui.
Quoi qu'il en soit, père du metal progressif ou non, Sieges Even reste l’une des références en la matière, et pourtant, peu nombreux sont ceux qui connaissent leur remarquable discographie. Après quelques années d'inexistence ou d'existence cachée, le groupe allemand rempile pour notre plus grand plaisir avec un album au titre évocateur : The Art of Navigating by the Stars, distribué par Inside Out, l'écurie des champions du progressif.

Remaniée sans cesse au cours de sa relativement longue carrière, la formation de Sieges Even est aujourd'hui réduite à quatre membres, comme à ses débuts et sans les frères Keller. Le noyau dur est composé des frères Holzwarth (qui sont bel et bien ceux qui, pour gagner quelques deniers, cachetonnent l'un chez Blind Guardian, l'autre chez Rhapsody !), et du premier guitariste du groupe, Markus Steffen, de retour après une période de désamour. Il remplace le très bon Wolfgang Zenk, tandis qu’Arno Menses devient le énième chanteur du groupe, qui n'a cessé d'en changer. On est donc en présence d'un petit comité : point de claviers comme sur Uneven en 1997 ou de petit orchestre classique sur Steps en 1990.
Chaque album de Sieges Even a toujours été une surprise car irrémédiablement différent du précédent. The Art of Navigating by the Stars ne déroge pas à la règle et berne l'auditeur qui se croyait en terrain connu, en proposant un matériel neuf et original. Ce concept album, dont l'histoire peut être qualifiée d'anecdotique, fait preuve d’une expressivité musicale rare. Les thèmes sont variés, très mélodiques et repérables ponctuellement tout au long des soixante-trois minutes du disque. Les nombreux clichés du métal progressif ne sont pas utilisés, les idées ne manquent pas et l’ensemble fait vraiment du bien, alors que le genre tend à s’ankyloser quelque peu !
La voix magnifique d'Arno frappe d’emblée : le ténor use de son timbre pour offrir des lignes mélodiques claires et chaudes. Le travail des voix est intéressant non seulement pour le chant lead mais aussi sur les parties doublées, soutenant l'instrumentation avec brio. Mais le véritable étonnement vient d’un parti-pris artistique pour le moins original, celui de faire du métal avec un son de guitare clair à 90 %. La saturation reste présente sur un leitmotiv rythmique, mais en dehors, elle se fait discrète et rare. L’exercice de style est tout à fait sidérant, car l'ensemble ne perd absolument pas de son énergie, permettant ainsi à la batterie et à la basse de jouer leur rôle rythmico-mélodique complexe et de s'exprimer sans retenue. On peut rapprocher ce type de démarche de celle de Zero Hour (même type de line-up, même approche du genre) même si ce dernier, en comparaison, est beaucoup plus aggressif.

Sieges Even marque donc deux fois : un deal avec Inside Out, ce qui va leur permettre d’augmenter considérablement leur impact auprès du public et qui devrait leur ouvrir les portes de la scène. Mais cela ne serait rien sans cet album étonnant. Sa fraicheur sonne le renouveau du groupe et peut-être du genre, avec des compos soignées vraiment originales. La maîtrise instrumentale est au rendez-vous, poussée par un son cristallin de toute beauté. Ce The Art of Navigating by the Stars retient donc profondément l’attention. Purement délicieux !
  • Année: 2005
  • Label: InsideOut Music

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir