:)
12 Juillet 2005

Miriodor

Parade + Live at NEARFest

par Jean-Daniel Kleisl
Pour le vingt-cinquième anniversaire de Miriodor, Cuneiform frappe fort. A la sortie du sixième album du groupe québécois, Parade, le label a en effet décidé d’ajouter un disque bonus proposant de très larges extraits du concert donné au Nearfest 2002, livrant ainsi cent trente minutes de musique de très haute volée.

Avec Parade, Miriodor perpetue le « changement dans la continuité » : le propos du groupe reste dans la veine de Mekano, son album précédent. Souvent classé dans la mouvance RIO, le groupe s’en éloigne pourtant en proposant un « avant-rock » instrumental dont le credo de base est la mélodie ! Pour décrire au mieux ce nouvel album, on pourrait le qualifier de jazz rock de chambre, même si cette appellation n’est qu’un ersatz de la réalité tant cette musique est inclassable. Les morceaux sont travaillés à l’extrême et donnent impression que le groupe évite autant que possible de tomber de l’improvisation ; on comprend dès lors pourquoi il n’a sorti que six albums en vingt-cinq ans de carrière.

Jouant avec des tempi asymétriques épaulés par une section rythmique impeccable, des harmonies complexes soutenues par des claviers hors pair, les autres instruments (guitare, violon, saxophone, accordéon et autres bizarreries bien sympathiques) proposent des parties qui se croisent et s’entrechoquent toujours en restant mélodiques et amusantes ! Notons par ailleurs que Lars Hollmer (Samla Mammas Manna) a participé à l’écriture de trois excellents morceaux. En somme, le premier disque, qui représente la partie studio de ce nouvel album, est une vraie réussite, même s’il apporte rien de foncièrement nouveau par rapport à Mekano.

La partie concert, disons-le d’emblée, intéresse tout autant. Enregistré lors du Nearfest, à Trenton le 29 juin 2002, ce live - le premier de Miriodor - est tout bonnement excellent. Il a été superbement mixé par Bob Drake et la finesse de la musique y fortement valorisée : toutes ses nuances et ses vagues incessantes y sont magnifiquement retranscrites. Les morceaux, une fois atteint leur aspect définitif sur les albums studios, ne varient qu’assez peu en concert. Mais quelle qualité ! Il a souvent été dit que Miriodor avait été l’un des grands succès de cette édition 2002 du Nearfest : on comprend aisément pourquoi en écoutant le résultat.

On ne poura reprocher à ce concert que la part prépondérante prise par les morceaux provenant de Mekano : on aurait aimé avoir des extraits d’autres albums. Toutefois, l’interprétation est telle que ce petit manquement se pardonne aisément. D’ailleurs, ces titres semblent meilleurs que sur l’album, ayant gagné en maturité.

Miriodor se décrit comme une formation oeuvrant dans la « musique de chambre post-moderne d'inspiration rock, avec des zébrures amusantes » et c’est sans doute la meilleure définition que l’on puisse en donner. Leur recherche permanente de la mélodie dans la complexité les éloigne des tenants actuels du RIO (Thinking Plague, Bob Drake, etc.), et ce Parade enfonce encore le clou. L’album est une grande réussite, une de plus en cette année 2005 riche en évènements, et qui n’est pas encore terminée ! Miriodor réussit haut la main le passage de ses vingt-cinq ans de carrière… Il est des groupes qui se sont essoufflés bien avant !
  • Année: 2005
  • Label: Cuneiform Records / Orkhestra

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir