:|
26 Février 2005

The Mahavishnu Project

Phase 2

par Djul
Formation culte des années soixante-dix, The Mahavishnu Orchestra composa quelques-uns des disques les plus brûlants de jazz fusion de cette époque bénie. Porté par le flamboyant John MacLaughlin, quittant tout juste Miles Davis, et les claviers de Jan Hammer ainsi que les violons de Jerry Goodman, le groupe délivra à un public incrédule devant tant de maestria et d’énergie, les mythiques Birds of Fire, Inner Mounting Flame et Visions of the Emerald Beyond pour ne citer qu’eux. Cet héritage, qui n’eut finalement pas toujours la portée qu’il méritait, a inspiré le batteur Gregg Bendian : il a mis sur pied une formation susceptible de jouer les morceaux du groupe sur scène. Après un premier bootleg officiel, The Mahavishnu Project propose un splendide double album live.

L’initiateur du projet n’est pas un inconnu : batteur pour John Zorn, Ornette Coleman et Pat Metheny, excusez du peu, Bendian a rassemblé d’autres amis musiciens pour ce défi que constitue la reproduction de la musique de MacLaughlin. C’est ainsi que Steve Hunt, claviériste d’Allan Holdsworth et Billy Cobham, et Pete McCann, guitariste ayant collaboré avec Dave Liebman et Randy Brecker, comptent parmi les instrumentistes de ce disque, enregistré en 2003.

La première chose qui frappe à l’écoute de ces deux disques, c’est la longueur de certains titres: fidèle à la légende de leur modèle, qui partait souvent dans des improvisations sans fin, le “Project” double, triple voire sextuple la durée studio des morceaux joués, certains approchant les vingt minutes ! Mais ces improvisations sont loin d’être absconses. Au contraire, l’art du « Project » consiste à développer les thèmes ensorcelants de Mahavishnu, pour augmenter encore l’aspect hypnotisant de perles comme « Meeting of the Spirits ». Ainsi, les instrumentistes entremêlent les mélodies avec bonheur, même si l’aspect démonstratif, encore exacerbé avec Pete McCann, n’est jamais loin.
Heureusement, le groupe sait calmer le jeu au cours de ses prestations, comme lors de l’interprétation du medley « Lila’s Dance / The Dance of Maya », dans un esprit plus proche de Weather Report. De même, sur « Within The Womb of Night », la seule composition originale du Project et signée Bendian, le groupe évite de tomber dans le piège du « tout technique », pour développer des ambiances collant parfaitement à celle du Mahavishnu, en plus sombre peut-être.

A la manière de l’excellent mais plus irrespectueux Yo Miles, qui redécouvre le Miles Davis électrique, The Mahavishnu Project rend hommage à l’énergie du Mahavishnu Orchestra. John MacLaughlin lui-même ne s’y est pas trompé et n’a pas hésité à prendre ce groupe sous son aile, qu’il considère comme faisant renaître ses premiers pas de compositeur. Profitons-en pour inciter tous les amateurs de progressif ne connaissant pas le jazz rock ou le jazz fusion à se ruer sur la trilogie précitée du Mahavishnu, tant la qualité de l’instrumentation et la richesse des mélodies font de cet ensemble la plus prog des formations jazz.
  • Année: 2004
  • Label: Aggregate Music

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir