:|
15 Janvier 2005

Present

High Infidelity

par Aleksandr Lézy
Grande figure de la scène rock in opposition, Present a su imposer sa marque de fabrique à un genre renfermé dans des règles préétablies. Toujours en quête de recherche et d'expérimentations depuis 1979, le groupe belge poursuit sa route en proposant High Infidelity, septième album tourmenté d'une discographie riche en saveur, aux allures spirituelles révolutionnaires.

Energie et efficacité sont au rendez-vous. Il règne ici une omniprésence de l'oppression comme si le but était de créer le mal-être chez l'auditeur. Les sonorités charnues et grinçantes mêlent les notes en une ambiance chaotique. Boucles rythmiques évoluant par transpositions et échanges de rôles instrumentaux font naître des circonvolutions quasi infinies donnant une base évolutive à chaque séquence. Chaque instrumentiste occupe un rôle précis au sein de la formation : créer l'ordre par le désordre. Aucune doublure n'est permise, chaque instrument joue une partie bien spécifique et différente de celle des autres. La guitare pousse les tensions par la durée des notes, la basse et la batterie pratiquent des rotations lourdes à cadences soutenues, tandis que le piano provoque la déstabilisation de l'auditeur par la surenchère harmonique dans des cycles de notes sans cesse en mouvement.

La recherche de sonorités originales est une des facettes du groupe créant ainsi quelque chose de neuf dans le panorama "rock". Figures décalées et mélodies dissonantes à contre-courant les unes des autres forment un ensemble rigoureux et sans faille. Dans ce tourbillon instrumental, l'apport de violoncelle, saxophones, trompette et accordéons oblige à un traitement du son méticuleux, ici particulièrement réussi dans la netteté et la force sonores procurées à chacun. Aucune fioriture n'est laissée au hasard et la dissolution de ces éléments dans l'ensemble organique n'entache pas la compréhension du tout. Le côté orchestral a pris de l'ampleur par rapport aux albums précédents et s'apparente par moments à celui d'un Univers Zero très tourmenté : Roger Trigaux, meneur de Present, et le batteur Daniel Denis sont de fait à l’origine des deux formations. L'approche est différente et ne permet cependant aucune autre comparaison.

Les frères Trigaux accompagnés du même personnel que sur l'album précédent N°6 dont Pierre Chevalier aux claviers, Keith Macksoud à la basse et le fameux Dave Kerman à la batterie et percussions, ne tournent pas en rond et proposent à nouveau une oeuvre impressionniste et réaliste dans un noyau non conventionnel. Loin de certains clichés rock comme l'utilisation de mesures binaires et des schémas intro/couplet/refrain/couplet/refrain, Present a toujours afficher des objectifs clairs tout au long de son parcours musical. High Infidelity ne déroge pas à la règle et pousse le bouchon encore un peu plus loin en offrant trois morceaux de poids : longs, riches et intenses.
  • Année: 2001
  • Label: Carbon 7 / Orkhestra

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir