:|
26 Juin 2004

Jaime Rosas Trio

Extremos

par Aleksandr Lézy
Ce trio chilien versatile, évoluant sous la férule de son claviériste, propose son deuxième album, Extremos. Composé de Jaime Rosas aux claviers, de Rodrigo Godoy, multi-instrumentiste et producteur, alternant au fil des morceaux basse et guitare, et d’Alex Von Chrismar à la batterie, le power-trio a participé à l’édition 2004 du BajaProg, sans doute le plus grand festival de progressif au monde. Une référence dont beaucoup aimeraient se targuer.

Un peu à l’image de Rush ou de ELP, Jaime Rosas Trio défie les lois de la gravité en créant une musique très vigoureuse et vraiment technique, où chaque musicien s’en donne à cœur joie. Ce sont des morceaux courts, petites pièces instrumentales tout simplement réunies sous le nom de « brèves pièces rock », numérotées de VI à X sur cet album, qui attirent notre attention. Pas de moments de répit pour des duos modernes et ingénieux de guitares, de synthés ou même de batterie. L’ensemble « joue » vraiment et nul n’est ici besoin de démonstrations inutiles. Tout est habilement dosé pour offrir à chaque fois un peu moins de trois minutes de jouissives accélérations et décélérations. Pour entendre les morceaux I à V, il sera nécessaire de se procurer le premier disque du groupe. Entre ces courtes pièces viennent s’intercaler des morceaux de piano et de synthétiseurs, toujours de courte durée, beaucoup plus calmes et même « fleur bleue », mais restant cependant tout aussi agréables. Jusque-là, tout va bien, et l’on pourrait aisément se contenter de ce succédané instrumental. Pourtant, le « petit plus » se trouve à la fin de ce disque relativement court, puisqu’il ne dépasse qu’à peine les quarante-deux minutes. La surprise est un long morceau d’une quinzaine de minutes, chanté en espagnol par Rodrigo Godoy, dans la plus pure tradition néo progressive.

Tous les éléments sont réunis ici pour passer un excellent moment. Un grand talent instrumental émane de ce disque, même s’il n’est certes pas des plus originaux, car quelque peu calqué sur les groupes cités antérieurement, mais réalisé avec tellement de force et d’entrain, qu’on ne pourrait s’empêcher de le conseiller à tous les fanatiques de musique véritablement travaillée.
  • Année: 2004
  • Label: Musea

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir