:|
05 Juin 2004

Glass Hammer

Lex Live

par Djul
Sorti en 2002, Lex Rex avait épaté la rédaction par sa qualité, et un recours souvent éhonté aux références du progressif de la grande époque. Conscient que ce disque était la pièce maîtresse de son œuvre en devenir, Glasshammer le défendit sur scène à plusieurs reprises, et un DVD lui est aujourd’hui presque intégralement consacré.

Une fois mis dans la platine, ce dernier est illustré par un menu fixe, dont les vignettes sont soigneusement animées, et qui donne accès au concert (chapitré) et aux bonus. L’introduction à la prestation publique des Américains à Chattanooga est faite de photos de chaque instrumentiste et d’une vue prise depuis les coulisses avant l’arrivée sur scène, sur « Chronotheme » (Chronometree). La prise de son est excellente, et le mixage très détaillé.
Les titres s’enchaînent sans aucune intervention intempestive : que de la musique lors de cette heure et quart de concert, permettant de se servir du DVD comme d’un CD audio. L’image est nette et constituée d’une alternance de points de vue fixes en hauteur, à la très bonne visibilité et qui permettront aux amateurs (de claviers et de batterie notamment) de se régaler, et de prise de vue depuis la fosse ou la scène, de moins bonne qualité (l’éclairage blanchit l’image). Quelques effets psychédéliques et fondus enchaînés, discrets mais réussis, apparaissent de temps en temps (« Further Up, Further In »),. Par ailleurs, on sent bien que le groupe lui-même a monté le DVD de A à Z, tant chaque passage est illustré par la prise de vue la plus pertinente, en fonction des instrumentistes impliqués (pas de cadrage du guitariste lors d’un solo de claviers, comme parfois).

Le splendide « Tales of the Great War » est parfaitement restitué, avec ses vocaux entremêlés (un trio féminin se chargeant des chœurs), et ses ponts instrumentaux sans fin. Sur « One King », on est surpris de réaliser que c’est Walter Moore, le guitariste, qui reprend le chant principal et qui en assure en fait la totalité aux notes les plus hautes, avec talent. Lors de « Cup of Trembling », les musiciens changent de rôle en cours de morceau : Fred Schendel prend la guitare slide, et son compère Steve Babb, ainsi que Moore, occupent les claviers. Sur certains titres, un guitariste supplémentaire et une quatrième choriste interviennent, portant à neuf le nombre de musiciens sur scène ! Les passages improvisés, quoique rares, sont de très bonne facture (solo de batterie, instrumentations accélérées…). Le public n’est quant à lui présent que sur la bande son, aucun plan ne lui étant consacré !

Le concert, un peu court, est en revanche généreusement augmenté de près d’une heure de bonus ! Un documentaire, « Behind the Scenes », propose les répétitions, la présentation de l’équipement de chacun, la balance, et l’hilarante ambiance avant le lever de rideau. Les musiciens jouent également « Tales of the Great Wars » en intégralité, en acoustique, dans leur chambre d’hôtel lors du NearFest 2003, pour un résultat étonnamment… bon ! Une vidéo amateur de « Cup of Trembling » tournée au cours de ce festival est également disponible, la plage audio étant tiré du Live at Nearfest à paraître. Lors de cette prestation, le groupe est accompagné d’une impressionnante chorale de près de vingt personnes. On termine par un rapide tour d’horizon de chaque musicien, qui commente son rôle au sein de Glasshammer. Ces bonus, parfois artisanaux, ont le mérite d’offrir un éclairage familial et passionné sur le groupe.

Voici donc un document exhaustif sur Lex Rex, à posséder absolument pour qui a aimé l’album, et à se procurer en priorité pour découvrir cet excellent disque !
  • Année: 2004
  • Label: Autoproduction

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir