:|
25 Janvier 2011

Quidam

surREvival

par Maxime Delorme
Parmi les figures de proue de la scène néo-progressive polonaise, Quidam tire honorablement son épingle du jeu. C'est en 2005 qu'est publié surREvival qui se veut l'album de la consécration pour la formation formée pourtant en 1991. Un an plus tard, les musiciens seront les invités d'une émission à la télévision pour une performance live semi-acoustique. Faisant fi de leurs précédents opus, le sectuor interprétera la quasi-totalité de son dernier-né, agrémenté de quelques reprises telles que « Blackbird » des Beatles ou encore « Wish you Were Here » de Pink Floyd.

C'est d'ailleurs en 2010 que la réédition en double CD sans amélioration aucune voit le jour en un seul bel objet. L'occasion pour le label Rock-Serwis de faire d'une pierre deux coup en proposant une prestation scénique difficilement trouvable jointe à cet album studio majeur.

Quidam pourrait être comparé à bien des égards aux Britanniques de Jethro Tull, avec notamment l'utilisation extensive de la flûte traversière mélangée aux instruments électriques plus traditionnels d'un groupe de rock. Le vent, employé avec brio, confère au groupe un statut mélodique bien particulier. L'instrument vient appuyer stratégiquement chaque pièce en les agrémentant de ci de là de quelques trilles et d'overblows, allant jusqu'à proposer des soli ambitieux sur la moitié des titres de l'album.

Un travail titanesque est apporté également sur les ambiances. Les claviers ont notamment de l'importance en produisant un soutien atmosphérique considérable. L'album dans sa globalité transpire d'une inspiration et d'une légèreté qui ne se retrouvent malheureusement pas sur son successeur Alone Together. Une telle réussite ne peut donc qu'être magnifiée à l'épreuve du live. N'est-ce pas ? Hé bien non. Et ô combien non !

Le concert baptisé halfPLUGGED fait partie de ces horreurs paradoxales qui n'auraient probablement jamais dû voir le jour. Seules les reprises citées trouveront grâce aux oreilles de l'auditeur, quand bien même les originales s'avèrent bien meilleures. Les morceaux de Quidam perdent quant à eux leur côté électrique, et l'absence de claviers laisse place à une vacuité qui perdure de la première à la dernière note.

Le réflexe naturel serait de se tourner alors vers l'élément prometteur, la flûte... Non, toujours pas, car Jacek Zasada finit de ruiner à lui seul ce concert en massacrant littéralement les discours en solo. Certains phrasés sonnent faux, d'autres simplement mal interprétés. Bref, voilà un concert truffé de mauvais points, à exception du medley « Not So Close / Hush », dans lequel le groove de Deep Purple vient s'insinuer dans le trou béant creusé par les Polonais.

Les deux vidéos bonus ne suffisent pas elles non plus à relever le niveau. En résumé, cette double réédition ne s'adresse qu'aux néophytes et devrait être royalement ignorée s'il ne s'agit que d'acquérir le live. Les amateurs du genre préféreront les DVDs bien mieux réalisés et exécutés, comme The Fifth Season ou Strong Together. Pour faire simple, l'excellent surREvival ne devrait être que le seul argument valable pour l'acquéreur potentiel.
  • Année: 2010
  • Label: Rock-Serwis Publishing

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir