:)
24 Octobre 2010

Tinyfish

The Big Red Spark

par Jérôme Walczak
Autoproclamé « plus petit groupe de rock progressif du Monde », les Britanniques, en plus d'être drôles, poussent davantage cet exercice de style peu commun : renoncer au clavier, selon eux trop cliché et trop caricatural, cantonnant la musique progressive (et néo-progressive en l'occurrence) à une série de dégoulinades un peu prévisibles. Aux antipodes de l'offre actuelle ! Tinyfish propose ainsi un progressif coupé des influences des années soixante-dix. C'est audacieux et ça fonctionne diablement bien.

Après un premier disque éponyme, le mini-album Curious Thing, qui n'avait rien de bien transcendant en terme de mélodique, le regard de l'amateur éclairé et exigeant s'est probablement heurté au très bon DVD enregistré à Katowice (Pologne), One Night on Fire. Emphase technique, morceaux virevoltants, petites incursions oniriques portées par une voix parlée aux intonations qui semble tout droit venues de Freaks... Tout était réuni pour que ce groupe passe de joyeux amateurs à une formation prometteuse.

The Big Red Spark pourrait ainsi être à Tinyfish ce que The Masquerade Overture fût à Pendragon : un accomplissement artistique, un album phare dans la discographie du groupe. Le concept qui l'habille jouit d'alternances heureuses entre instants sombres et méditatifs, et tourbillonnements incessants portés par leur indéniable sens de la narration. Le thème est en outre amusant : une machine qui exauce tous les vœux de l'humanité, et les héros d'être aussitôt pris dans les paradoxes et les insuffisances que confère cette apparente liberté.

Musicalement, ces affres sont parfaitement traduits par une guitare énergique et loin d'être indigeste, accompagnée d'effusions vocales qu'on n'avait plus entendues depuis les débuts de Marillion. D'ailleurs, il est difficile de ne pas penser à Fugazi en écoutant The Big Red Spark tant ces univers sont voisins. Tinyfish est un groupe qui se devait d'être reconnu à sa juste valeur. C'est chose faite. Le petit poisson frétille avec talent et virtuosité désormais dans le bocal des grands.
  • Année: 2010
  • Label: Festival Music

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir