:)
15 Septembre 2010

Paul Gilbert

Fuzz Universe

par Nicolas Soulat
Difficile dans un premier temps d'amorcer l'écoute de ce troisième album totalement instrumental sans afficher une moue dubitative... Pour un guitariste à la discographie impressionnante, volontiers étiqueté « guitar hero », le doute peut s'emparer des esprits, même si c'est pourtant bien le cas. Sans argumenter sur la qualité du bagage, cela démontre au moins une certaine humilité qui aurait pourtant pu être altérée par plus de vingt années de carrière.

Comme tout instrumentiste intelligent, le guitariste de Mr. Big sait parfaitement éviter les pièges qui ont eu tendance à salir le travail de beaucoup de virtuoses depuis près de trente ans. Quand on est capable de jouer si vite, ne pas tomber dans la monomanie et ne pas laisser exploser les notes quitte à perdre soi-même le fil de son propos relève de la gageure. Pour calmer ce type d'ardeur, encore faut-il posséder une certaine expérience et avoir trouvé sa constante ; ce petit élément qui sert de tuteur à toute démarche musicale solide, en lui donnant un sens et une logique.

Puisant dans les racines d'un rock gras presque vintage (l'influence assumée de Jimi Hendrix), peut-être encore davantage que sur les albums précédents, l'auteur laisse éclater toute sa superbe en balançant en pleine poire, dans une explosion d'énergie positive, ses petits arpèges et autres thèmes léchés qui permettent d'anéantir toute forme d'ennui, et qui ont largement contribué à son succès.

Jouant avec une classe insolente entre les standards, tout est millimétré pour que les codes soient revisités et cadencés sur des harmonies progressives rafraîchissantes, offrant diverses ouvertures vers des réflexes musicaux plus modernes qui ne se limitent plus au simple solo. Par conséquent, les compositions, en parfaite adéquation avec leurs racines, offrent un agréable équilibre grâce à ce petit plus communicatif ; ce groove si personnel qui se ressent du plus petit tiré jusqu'à l'arpège le plus véloce.

Pour ceux qui ne supportent plus la mélancolie gratuite et autres pleurnicheries stériles, il existe des guitaristes qui transpirent la bonne humeur et qui n'ont pour ambition que de faire plaisir. Pour celles et ceux qui se sentent agressés dès la première double croche, il existe également des musiciens qui emploient un vocabulaire varié, dont le travail ne peut se résumer au débat ennuyeux confrontant ad vitam technique et feeling. Pour cela, inutile de chercher bien loin...
  • Année: 2010
  • Label: Mascot Records

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir