:)
18 Août 2010

The Qemists

Spirit in the System

par Aleksandr Lézy
Ce n’est pas un hasard si le trio anglais de Brighton en est venu à se prénommer ainsi. Jeunes, Liam Black, Leon Harris et Dan Arnold pratiquent le rock pour s'intéresser ensuite aux raves et à la jungle, en se concentrant lors de séances d’expérimentations sur la recherche du mélange parfait entre la dynamique de la drum and bass et la puissance du rock. Remarqués en 2006 pour leur excellent remix de « Everything Is Under Control » de Coldcut, ils signent directement chez Ninja Tune. Les chimistes publient Join the Q début 2009 et cartonnent rapidement sur les ondes britanniques avec deux singles entrainants que sont « On the Run » et « S.W.A.G ».

Pléthore de nouveaux groupes ajoutent une touche electro à leur musique. Or si certains sont de qualité, d’autres se méprennent. Il faut rappeler que la musique progressive n’a pas attendu le vingt-et-unième siècle pour créer un alliage avec les synthétiseurs et avec Spirit in the System, les musiciens s'offrent une échappée belle et réussie vers des horizons plus empreints de techno qu'à l'accoutumée.

Les neuf titres de ce nouvel album se structurent telles des pépites taillées pour la radio et les clubs, avec le schéma couplet / refrain / break d’excellente qualité et dont les mélodies « catchy » font tendre l’oreille immédiatement. La dominante dancehall frise l’insolence et la provocation tant l’électrification s’y engouffre avec pertinence et intelligence. A la manière du Peeping Tom de Mike Patton, The Qemists invitent chanteurs, chanteuses et MC's pour un condensé vocal hétéroclite. Les accents « so british » tant appuyés font rêver et insufflent une irrévérencieuse personnalité à ces différents contrastes stylistiques.

Il faut dès lors s’attendre avec Spirit in the System à un hybride de musique électronique et de sonorités électriques délicieusement concoctées par trois ingénieurs du son confirmés. Les basses vibrent, ronflent et rebondissent intensément dans des rythmes mécaniques percutants, des sinusoïdes renversantes, des fréquences grasses et gonflées par de nombreuses transformations font de ce breuvage renversant une véritable bombe de fusion ouverte à tout public.
  • Année: 2010
  • Label: Ninja Tune

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir