:|
05 Août 2010

Super Adventure Club

Avoid Zombies

par Jérémy Bernadou
Il suffit d'admirer la pochette pour comprendre que ce groupe ne se prend pas au sérieux. Les membres y apparaissent sous la forme de zombies dignes des séries Z les plus malsaines et décalées, et les quelques polaroids sanguinolents qui jonchent le livret confirment cette première impression. Et c’est tant mieux. Le trio anglais aime faire les choses de manière expéditive : l’album a été enregistré en deux jours et dure trente-quatre minutes. Priorité au fun, pour cette formation d’indie / noise qui joue en conservant une démarche punk dans l’esprit. L’ombre de Frank Zappa n’est en outre jamais très loin, aussi curieux que cela puisse paraître.

Le son est brut de décoffrage, les guitares sont acérées, les digressions se succèdent en permanence. Les structures des morceaux se retrouvent ainsi étriquées à l’extrême, comme s’il s’agissait du seul moyen pour contenir en si peu de temps une imagination sans limite. La formule du power trio est ici pleinement exploitée, l’énergie et la dynamique qui s'en dégagent rendent cet Avoid Zombies d’une efficacité évidente, comme en témoigne le riff principal de « Nosferatu ». Car au delà de l’aspect « direct », tout est fait pour creuser au maximum toutes les nuances possibles.

Les potards ne sont pas systématiquement à fond, les refrains accrocheurs déboulent d’on ne sait où et sont récités avec une détermination certaine (« My Other Brain »). Le chant de Mandy Clarke apporte par ailleurs un aspect féminin décalé, un peu à la manière de Deerhoof. Le genre de formation à découvrir par hasard en concert sauvage dans la cave d’un bar miteux, une bière brune à la main, entouré d'une faune louche surgie de nulle part.
  • Année: 2010
  • Label: Armellodie Records

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir