:|
25 Juin 2010

Argos

Circles

par Jérôme Walczak

En 2009, ces Allemands avaient présenté un disque fleurant bon le rock psychédélique mâtiné d'école de Canterbury et de saccades jazz qui avaient su séduire la critique. Les nombreuses influences risquent encore de relancer un débat de plus sur la pertinence musicale de ces groupes qui digèrent et restituent jusqu'à la note près les sonorités des années soixante-dix. En vrac sont restitués ici et sans grande difficultés Genesis, Caravan, Jethro Tull, et les premiers albums de Pink Floyd. Or cela n'a rien d'un pastiche ou d'une contrefaçon. Les deux âmes d'Argos, Thomas Klarman et Robert Gozon (ex-Superdrama) développent non sans talent des thèmes qui apparemment n'arriveront jamais à épuisement. De très bons titres émergent tels que « Lines on the Horizon », saillie pop directement sortie de Selling England by the Pound où les influences des Beatles ne sont pas totalement masquées, tout comme « A Thousand Year », un morceau bien construit, complexe, et développant un thème désordonné qui part en vrille hypnotique dès la fin de la première minute. Argos connaît donc son affaire et mêle à cet ensemble plutôt prévisible quelques escapades autonomes qui pourront séduire ceux que le catalogue Musea n'effraie pas démesurément, avec de nombreux passages évoquant David Bowie, période pré-Ziggy Stardust. La voix de Robert Gozon frise ainsi le mimétisme et cette petite parenté n'en est pas moins déplaisante.

  • Année: 2010
  • Label: Musea

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir