:|
22 Juin 2010

Mentat Routage

Mentat Routage

par Aleksandr Lézy
On ne connaissait pas Musea aussi friand de nouveautés musicales au sein même de l’univers progressif. Pourtant, depuis l’étonnante aventure avec les Gardois de Lazuli et un succès grandement mérité, il semblerait que l’écurie française mondialement connue recrute encore. Nouveau venu sur la scène progressive avec la sortie d’un disque éponyme, Mentat Routage se définit non pas comme un groupe, mais comme un collectif trans-artistique mélangeant moult facettes : improvisation, danse, peinture et vidéo-projection. Après quelques prix remportés récompensant leurs divers efforts, les Manceaux concrétisent leur travail par un disque bien fourni et richement composé.

Les influences sont légion, piquées des meilleurs, et pourtant si peu usurpées. Fait rare lorsqu’on peut les associer à Frank Zappa, The Mahavishnu Orchestra et Magma. Ceci dit, il faut les remplir, les quasi soixante-dix minutes de frisbee arc-en-ciel ! Et avant même d’avoir terminé une première écoute, l’esprit est tiraillé entre la découverte d’une musique étonnamment bien ficelée, pleine de références de qualité et l’incommensurable impression de répétition contextuelle. Des questions taraudent et restent sans réponses, entre l’effet que cela pourrait produire avec le visuel ou encore savoir quels sont les différents degrés d’improvisation.

Entrecoupés de petites plages sonores, les longs morceaux bénéficient d'une maîtrise musicale certaine, avec un penchant pour les richesses harmoniques du jazz et d’autres provocations stylistiques, comme celle d'un joueur de claquettes sur quelques passages par exemple. Mais l’orientation prise pour ces pistes possède cet élan répétitif trop galvaudé, des sessions « jam » épuisantes à défaut de développer toutes les petites séquences de musique contemporaine notamment, ces phases d’humour sur bandes sonores ou bien ces sinusoïdes entêtantes… La navigation à travers ce Mentat Routage se fait bien trop difficilement. Trop de longueurs, de pertes de vitesse, de moments inutiles aussi. A force de vouloir faire rentrer toutes les prestations, l’auditeur se perd dans un marasme d’intellectualisme involontaire.

Au-delà de la remarquable proposition offerte par ce premier effort et de la forte implication du collectif pour développer une musique périlleuse, Mentat Routage se perd dans trop d’alternatives à la simple décoction sonore. L’exploration d'univers fascinants possède un charme certain, mais relégués sur support physique, ils perdent une grande partie de leur pouvoir créatif scénique. Néanmoins, et après de nombreuses écoutes, Mentat Routage se positionne comme une référence dans le domaine des musiques affiliées Frank Zappa et autres Mahavishnu Orchestra…
  • Année: 2010
  • Label: Musea

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir