:|
27 Avril 2010

Xing Sa

Création de l'univers

par Christophe Manhès
C'est avec en tête le splendide Cycle I de Setna que l'on attendait impatiemment ce premier album de Xing Sa. Loin d'une redite, la particularité de ce nouveau projet du collectif Sesame-7 est d'être totalement ajusté cette fois à la personnalité du claviériste Nicolas Goulay et son usage révérencieux des vieux claviers comme l'orgue, le Rhodes et le Minimoog. Accompagné de deux autres membres de Setna, Nicolas Candé à la batterie et Christophe Blondel à la basse, l'entreprise a de quoi intriguer, surtout si l'on se réfère à la musique déjà produite par ces excellents musiciens généralement tournés vers une expression musicale subtile et contemplative, à mille lieux des forfanteries habituelles du rock progressif.

Création de l'univers dans les platines, il est évident que la part la plus convaincante de cette ambitieuse illustration musicale des éléments naturels, réside dans – ce qui peut paraître contradictoire – l'originalité du style néo-seventies de Nicolas Goulay. Le musicien est parvenu à ligaturer la part hypnotique de la zeuhl à la délicatesse du jazz-rock du Canterbury, à l'aide d'un somptueux ruban de son influencé par la Berlin School dont Tangerine Dream fut l'un des pionniers.

Adroitement guidée par l'inspiration de Nicolas Goulay, la musique sonde sa propre matière avec une souplesse et une sensibilité indiscutable. La seule chose que l'on puisse reprocher à Xing Sa, c'est un manque de folie et de contraste qui empêchent malheureusement de rester de bout en bout collé à l'écoute d'un album un peu trop long. Entre ses amples vagues sonores et ses ingrédients zeuhl, le disque laisse un peu trop souvent les tensions se distendre. Du coup, sans cette étincelle, difficile de hisser Création de l'univers à la hauteur par exemple d'une œuvre comme Elixir de Guapo, mieux assaisonnée. Peu importe, les nombreux amateurs de claviers vintage et de grandes plages instrumentales devraient adorer ce beau et pénétrant travelling impressionniste et poétique.
  • Année: 2010
  • Label: Soleil Zeuhl

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir