:)
16 Mars 2010

Marvin

Hangover the Top

par Mathieu Carré
Alors que certains s’amusent à ressasser en vain les mêmes poncifs ou s’échinent à différencier ce qui est rock (plaquer son homme après avoir envoyé « Love » au 8-12-12) de ce qui ne l’est pas (proposer sa candidature en ligne pour doubler les épreuves de curling sur France Télévision), d’autres rappellent avec une simplicité désarmante que le rock reste avant tout de la musique, un truc assez poisseux qui vous colle des frissons, vous donne envie de secouer la tête et de crier au volant de votre bagnole.

La formation héraultaise Marvin livre ainsi avec ce deuxième album, plus agressif et plus compact, la preuve de l’évidence de sa démarche : Hangover the Top rend accroc au bout de trente secondes de « Roquedur », hymne métallique agrémenté d’une performance vocale aussi approximative que jouissive qui plante le décor avec force et talent. Les trois musiciens s'expriment tels des adolescents précoces qui joueraient avec une curiosité juvénile de leur talent. Le vocoder sur fond de shoot’em up épileptogène (« Dirty Tapping »), la course poursuite du futur (« Fear ») ou les riffs puissants et cradingues se succèdent dans une cohérence stupéfiante.

En moins de quarante minutes survoltées, le groupe remet l’église au milieu du village : les élucubrations et autres innovations n’ont de sens que lorsque l’on sait les lier pour un projet défini. En ce qui concerne Hangover the Top, la réussite est telle qu’on ne peut distinguer le travail des musiciens de celui des ingénieurs du son qui ont su mettre en valeur ces compositions denses pour en faire un manifeste du rock d’aujourd’hui, parfait jusqu’à l’hommage à Brian Eno qui conclut le disque (« Here Come the Warm Jets »).
  • Année: 2010
  • Label: Africantape

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir