:)
28 Janvier 2010

François Couturier

Un jour si blanc

par Mathieu Carré
François Couturier est un pianiste sensible. Lors de ses collaborations avec notamment Anouar Brahem où il confondait les cordes de son instrument avec celles de l’oud du Tunisien (« Le pas du chat noir »), il avait déjà démontré toute sa capacité à jouer juste sans jamais multiplier les notes inutiles. Pour cet album en solitaire, il a su garder cette économie de moyens au service d’une pensée limpide, lumineuse.

Rares sont les disques qui renvoient aussi peu au vocabulaire de la musique et autant à celui de la peinture. Les dix-sept morceaux évoquent des épures jetées sur la toile d’un coup de pinceau décidé qu’il ne faudra jamais retoucher. François Couturier dessine des paysages, des arbres et des climats sur son clavier. Il navigue serein, en évitant à la fois la démonstration de virtuosité et la multiplication de ritournelles simplistes.

Les diverses sources d’inspiration d’ Un Jour si blanc se lient en récit méditatif qui ne tourne jamais en rond, les mélodies s’enchaînent, on retrouve au détour d’un sentier Satie, Debussy ou Fauré qui disparaissent aussi discrètement qu’ils ont pris place dans le paysage, faisant un clin d’œil qui semble dire que la french touch ne date pas d’hier et repartent.

Tout en assumant avec simplicité ce lourd héritage, le Français déambule entre toutes ses influences (musique de film, jazz, musique classique) avec un sens inné de la musicalité. Peu de moyens, beaucoup d’émotion : l’essence de l’art en somme.
  • Année: 2010
  • Label: ECM

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir