:|
01 Octobre 2002

Yes

Big Generator

par Greg Filibert
Après le succès considérable de 90125, il était logique de retrouver le Yes nouvelle génération avec le même line-up et son rock FM. Mais il faudra quatre ans, plusieurs producteurs et divers problèmes de logistique pour que Big Generator arrive dans les bacs.

On ne change pas une formule qui gagne : Big Generator reprend les mêmes ingrédients que son prédécesseur sans pour autant atteindre le même niveau de réussite. Les titres vont du bon (l’éthéré « Shoot High Aim Low » et « Final Eyes ») au médiocre (l’insupportable « Almost Like Love ») en passant par l’anecdotique (« Big Generator »). « I’m Running » est sans doute le titre le plus original et progressif de l’album, où l’on retrouve, bien qu’amoindri, le côté débridé du Yes d’autrefois. C’est l’occasion de redécouvrir deux tubes de l’époque : « Rythm Of Love » et « Love Will Find A Way », très typés rock californien et parfaitement calibrés pour un marché outre-Atlantique. Leur efficacité n’est évidement pas à démontrer mais on regrettera leur côté trop aseptisé, qui d’ailleurs se retrouve dans l’ensemble de cet album. On ne ressent aucune réelle excitation au fil de Big Generator qui, à la longue, ne génère que l’indifférence malgré les quelques soubresauts de génie précités. Soulignons au passage la pochette jaune fluorescent, sommet de laideur, qui, au moins, passe difficilement inaperçu dans les rayons des disquaires…

Voilà donc un disque assez transparent mais écoutable, où Yes se contente de remplir le cahier des charges… et le tiroir-caisse par la même occasion. Lassé par le joug exercé par Trevor Rabin, Jon Anderson mettra une seconde fois la clé sous la porte. Décidément, le feuilleton n’est pas prêt de s’achever !
  • Année: 1987
  • Label: Atlantic Records

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir