:|
02 Novembre 2009

Lind

Profoundly Felt Reality

par Jean-Philippe Haas
Une petite expérience dans le domaine des disques à auteur/compositeur/interprète unique donne le droit à quelques inquiétudes quant au résultat final, surtout si le maître d’œuvre semble sortir de nulle part. Qui donc en effet a déjà entendu parler d’Andy Lind ? A priori personne, si Jan Zehrfeld (Panzerballett) qui assure les guitares ne l’avait pas mentionné au détour d’une entrevue.

Si le créateur de Profoundly Felt Reality a pour le moment échappé à la grippe A, il a en revanche succombé au virus Meshuggah qui transpire à travers chaque titre de son œuvre, vocalement plus proche de The Dillinger Escape Plan ou de Textures. Son album n’a pourtant rien de la pâle copie mal dégrossie. Il est même surprenant d’entendre le résultat d'un labeur aussi abouti, tant au niveau des compositions que de la production, de la part d’un multi instrumentiste sans passé musical notoire.

Sombre et violente, la musique trouve en sa complexité et sa richesse instrumentale un contrepoids non négligeable à la noirceur qui s’en dégage. L’adroit jeu de batterie d’Andy Lind et la dextérité de Jan Zehrfeld y sont probablement pour beaucoup. On regrettera simplement l’absence quasi totale de répit dans ce déferlement de décibels.

Dense, oppressant, Profoundly Felt Reality s’adresse avant tout aux amateurs de metal extrême pour lesquels la complexité n’est qu’un moyen supplémentaire d’aboutir à un maelström sonique. A noter qu’une reprise de « Weary Eyes » figure sur Hart Genossen, le dernier Panzerballett.
  • Année: 2008
  • Label: Autoproduction

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir