:)
22 Juillet 2009

Jolly

46 Minutes 12 Seconds of Music

par Dan Tordjman
Oppressant, lourd, lugubre, des adjectifs peu ragoûtants, et pourtant, ce sont bien les qualificatifs qui viennent à la bouche pour décrire la musique de Jolly. Il serait également fort urbain de citer Tool, Porcupine Tree ou encore Black Sabbath. Le dosage est en tout cas réussi. Des guitares acérées d’« Escape from DS-3 » aux relents mélodiques, symphoniques et glauques de « Renfaire », il n’y aurait qu'un pas peu évident à franchir. Néanmoins, la facilité avec laquelle Jolly passe d’un monde à l’autre a de quoi déconcerter. L’influence de Porcupine Tree, voire de Riverside devenus experts en la matière, n’est pas à exclure. L’ambiance générale est d’une noirceur tellement glaçante… qu'il serait aisé d'en redemander une tournée. Il est ici question de laisser le côté sado-masochiste qui sommeille en chacun se révéler au grand jour. Le talent d’écriture et d’arrangement sont à saluer par cette cohésion perceptible au travers de Forty-Six Minutes, Twelve Seconds of Music, et ce labeur millimétré à peaufiner chaque détail. Digne du plus fin des travaux d’orfèvre, cet album possède également la particularité de se voir enrichie de (citation) « tons binaires » stimulant la pleine appréciation de la musique au travers de sensations et sentiments de bonheur divers comme la relaxation par exemple (fin de citation). Une insouciance et une audace rare qui démontre une œuvre ambitieuse, qui mérite toute l'attention du monde et présente au grand jour l'une des révélations de l’année. Une bonne dose de fraîcheur pour passer l’été en douceur.
  • Année: 2009
  • Label: ProgRock Records

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir