:|
30 Mai 2009

Serge Luc

Rebond

par Mathieu Carré
Le soleil du pays basque natal de Serge Luc inonde cet album aux sonorités douces. Batteur qui sait se mettre en retrait, le leader offre avec ses compositions limpides un havre de chaleur pour laisser s’exprimer ses acolytes, notamment l’accordéoniste Didier Ithursarry et le guitariste Jean-Philippe Bordier (relayé fraternellement sur le superbe « Bayao » par Sylvain Luc). Un élan sensuel, un faux-air de bandas laissé par l’accompagnement érotique au tuba de Laurent Pezières qui supplante la basse, pas de doute, s’il existe des disques estivaux, Rebond en fait incontestablement partie. Une ambiance toute apéritive et virtuose plane sur « Quechua » ou « Vue de face », un toucher de guitare léger qui évoque les plus belles ballades de Pat Metheny, des airs évidents soufflés par l’accordéon qui peuvent rappeler les ritournelles de Marc Perrone, une sangria, et on y est, les vacances anticipées, la terrasse et les amis. Etrangement, c’est lorsque la mélodie s’efface derrière le rythme et que le batteur meneur devrait prendre les devants que l’alchimie opère moins efficacement (« Rebond »), brusquant une sorte d’idéale torpeur. Redonnant ses lettres de noblesses à un jazz léger sans se faire phagocyter par la course à la virtuosité, Serge Luc offre avec cet album de quarante-cinq minutes un jazz souriant et accessible, de quoi calmer les enfants dans les bouchons sur l’autoroute du Sud, ou accompagner un hypothétique dernier film avec Jacques Villeret en gentil naïf attendrissant.

  • Année: 2009
  • Label: ABS Bellissima

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir