:(
14 Octobre 2003

Andersson's Space Odyssey

Embrace The Galaxy

par Greg Filibert
Richard Andersson, en tant que clavier de feu Majestic et de Time Requiem, sans oublier la courte escapade du côté d’Adagio, n’est pas un inconnu, et Space Odyssey est né de sa rencontre avec le guitariste Magnus Nilsson. Après avoir recruté des musiciens complémentaires, dont le bassiste Marcel Jacob (ex-Rising Force) et le batteur Zoltan Csörsz (The Flower Kings), le groupe présente son premier album, Embrace The Galaxy.

Sur le plan technique, rien n’est à reprocher aux musiciens. Tout est propre, carré, impeccable. En revanche, pour ce qui est des compositions et de l’inspiration, c’est le grand vide spatial ! On entend évidemment deux ou trois « emprunts » à Symphony X (le couplet de « Seduction Of Life » visiblement copié sur « Smoke And Mirrors ») et Dream Theater («The House Of A Hundred Windows » repompe à peu de chose près le riff de « The Ytsejam ») pour faire un poil moderne et progressif ! Mais surtout, Space Odyssey se contente de piller sans vergogne, entre autres, le répertoire d’Yngwie Malmsteen : chaque titre est un renvoi à ceux du Suédois ! Magnus Nilsson a parfaitement étudié le style de son idole évidente : même son, mêmes plans, même touché mélodique, même exubérance guitaristique que le Viking, mais sans le talent de ce dernier. La voix de Patrick Johansson, très bon chanteur au demeurant, vous rappellera la période Rising Force, tandis que Richard Andersson se cantonne à la distribution de solis hélas peu inspirés, à la manière d’un Vitalij Kuprij ou de Jens Johanssen.

Space Odyssey ne s’est pas aventuré bien loin pour son premier disque. C’est d’autant plus regrettable que les musiciens sont tous excellents. Embrace The Galaxy est un beau gâchis qui ira rejoindre la pile sans cesse grandissante d’albums de metal néo-classique sans saveur et sans génie. On ne le dira jamais assez : rien ne vaut les originaux !
  • Année: 2003
  • Label: Regain Records

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir