:|
24 Avril 2009

Patrick Moraz

Change of Space

par Christophe Gigon
Est-il vraiment nécessaire de présenter Patrick Moraz, l’homme providentiel qui remplaca Rick Wakeman le temps du meilleur album de Yes, Relayer, en 1974 ? Puis, le travail bien fait, rejoigna les Moody Blues jusqu’en 1990. Cela ne l’a pourtant pas empêché de mener une carrière solo très peu médiatisée bien que pléthorique (dix-sept albums depuis 1976). Change of Space, dernière production de l’Helvète émigré aux Etats-Unis, risque fort de dérouter les amateurs de claviers débridés et les inconditionnels de Rick Wakeman ou autres Jordan Rudess. Ce disque au son très eighties évoque davantage Toto ou Mike and the Mechanics que les virtuoses précités. La plupart des titres sont chantés, il faut donc a fortiori parler de chansons. D’ailleurs, un des vocalistes du projet, Don Adey, possède un timbre de voix très proche de celui de Steve Lukather ou de Paul Carrack, et qui accentue ce côté FM qui plaira à certains tout en crispant définitivement les autres. Pour ajouter au côté volontairement rétrograde du produit, les sons de claviers sont très typés et orientés AOR. L’ajout de batteries programmées synthétiques achève de donner à l’ensemble un côté « artificiel » et daté, souhaité par le maître de cérémonie. Ceux qui connaissent les disques en solo de Mickey Simmonds (Camel, Fish, Mike Oldfield) retrouveront ici des ambiances similaires. Certes, tout n’est pas franchement bon, à l’instar de l’horripilant « Sonique Prinz (movt. 3) » que même un Ryo Okumoto ivre mort ne se serait pas permis lors d’un concert de Spock’s Beard. Du côté des bons points, Patrick Moraz a su s’entourer de gosiers en or (Don Airey, Alex Ligertwood, Nicol Mecerova) qui ne laissent pas de rendre plutôt agréables, au final, même les titres les plus indigents.
  • Année: 2009
  • Label: TimeWave Music

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir