:)
18 Avril 2009

XII Alfonso

Under

par Christophe Gigon
Ce disque risque fort de plaire aux amoureux nostalgiques et déçus du Mike Oldfield de la grande époque et du magnifique Camel. De solides références qui n’ont pourtant jamais empêché XII Alfonso d’avoir su, au fil des années et des albums (huit productions depuis 2006), de se forger une identité sonore unique.

Des atmosphères luxuriantes (pas si éloignées de celles d’œuvres comme Platinum du multi-instrumentiste précité), une production d’orfèvre et des compositions instrumentales cohérentes : autant d’atouts pour transformer cet essai conceptuel (traitant des thèmes aussi denses que la « réalité », les « apparences » ou les « illusions ») en coup de maître. Aérien, ce disque de toute beauté sait tisser vers des ambiances éthérées qui plongeront l’auditeur dans d’oniriques et agréables langueurs. Guitares acoustiques et électriques, nappes sonores angéliques et pléthore de bruitages bienvenus (extraits des discours de Martin Luther King ou voix enfantines). De plus, jamais, au grand jamais, le travail de cette formation française ne se permet la lâcheté de laisser sombrer ses douces mélopées vers les eaux sales et usées de la « lounge music » de triste souvenir. Avec Minimum Vital, l’Hexagone peut s’enorgueillir de compter deux formations exigeantes qui donnent tout leur sens à l’épithète « progressif ».

Un très beau voyage en contrées inconnues qui ravira tant le néophyte que l’esthète confirmé. Aussi rigoureuse et exigeante que soit sa musique, XII Alfonso n’oublie jamais que la mélodie reste le point focal de toutes les qualités d'une musique. Ah, on allait oublier de vous avertir d’un fait troublant mais rassurant : Under ne ressemble ni à Ange, ni à Pink Floyd, ni à Genesis, ni à Marillion. Seulement à XII Alfonso. Incroyable non ?
  • Année: 2009
  • Label: Musea

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir