:|
30 Janvier 2009

Daedalus

The Never Ending Illusion

par Christophe Gigon
Encore un clone du Dream Theater de la grande époque (Images and Words et Awake) qui aurait naturellement beaucoup écouté également Symphony X. Pas de mauvaises références, il faut bien l'avouer. Simplement, la question que tout amateur de metal progressif peut légalement se poser est : « Quand cela s’arrêtera-t-il ? ». Il faut toutefois savoir rester honnête : dans ce genre passablement encombré, Daedalus parvient à se faufiler, non pas en défrichant son propre chemin, mais, et ce n’est déjà pas rien, en trouvant une porte de sortie honorable, celle qui permet d’échapper au ridicule éternel.

Second album de cette formation transalpine (qui se permet d’ailleurs le luxe d’interpréter le dernier morceau dans la langue de Dante), après Leading Far from a Mistake sorti en 2002, aux influences donc assumées bien que le mélomane averti reconnaîtra cependant des séquences quasi citées de groupes comme Arena, Queen, Iron Maiden ou même Rush. A part ce manque total et décomplexé d’originalité, les compositions sont solides, la voix de Davide Merletto tout bonnement excellente (très proche de celle de James LaBrie) et le son frôle la perfection ! Le mixage a d’ailleurs été confié à Roland Grapow, ancien guitariste de Helloween et fondateur de Masterplan. L’illustration de couverture a elle été confiée au cultissime Mark Wilkinson, auteur des plus belles pochettes de Marillion, Europe, Judas Priest ou encore Iron Maiden.

Cet artefact est un magnifique écrin contenant un produit parfaitement manufacturé et apte à plaire au plus grand nombre. Le niveau instrumental est excellent et l’album s'écoute avec un vif plaisir. Il reste néanmoins une question propre aux limites du métier de critique musical : peut-on décemment conseiller un disque qui se présente comme un parfait doublet de ceux cités en incipit et qui datent déjà de plus de quinze ans ? Oui et non. D’où cette note générale peu courageuse mais ô combien justifiée.
  • Année: 2009
  • Label: Galileo Records

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir