:|
15 Décembre 2008

Asturias

In Search of the Soul Trees

par Jean-Philippe Haas
Considéré comme le Mike Oldfield japonais, Asturias a sorti trois albums entre 1988 et 1993, ainsi que deux albums acoustiques en 2005 et 2006. Sur les deux longues compositions de In Search of the Soul Trees, la tête pensante du groupe, le multi instrumentiste Yoh Ohyama, renoue avec la luxuriance de ses premières œuvres. Ce disque fait montre en effet d’une richesse instrumentale assez remarquable, où l’électrique et l’électronique cohabitent chaleureusement avec l’acoustique. Les nombreuses contributions des invités (violon, clarinette, guitares, voix, etc.) confèrent à l’album une épaisseur mise en valeur par une production très équilibrée, à la fois moderne et joliment vintage. Les similitudes entre Ohyama et son homologue britannique sautent aux yeux immédiatement. Le musicien nippon a vraisemblablement été traumatisé par la première moitié de la carrière d’Oldfield et a adopté en grande partie son jeu de guitare caractéristique. On retrouve donc sur In Search of the Soul Trees ces textures répétitives, cycliques, entêtantes qui caractérisent les Tubular Bells, par exemple. Par bonheur, l’inévitable composante new age reste discrète et ne sabote pas ces dix titres dont certains sont agréablement rythmés. De belles parties de guitare, des claviers foisonnants et quelques touches d’électronique de bon aloi soutiennent cette abondance mélodique. En revanche, il ne faut pas chercher une quelconque originalité dans ce disque qui procède essentiellement d’un clonage fort académique de la musique d’Oldfield, ni plus ni moins. Mais en attendant une éventuelle bien qu’improbable émancipation d’Asturias, on s’en contentera très largement.
  • Année: 2008
  • Label: Musea

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir