:|
19 Novembre 2008

Trevor Dunn

Four Films

par Aleksandr Lézy
Dans le milieu de la musique, le bassiste a souvent la place de dernière roue du carrosse. On l’entend souvent peu et / ou moins que les autres musiciens, même si il est indispensable à l’équilibre d’un groupe. Ils sont peu à sortir leur épingle du jeu et à laisser son empreinte aujourd'hui comme Jaco Pastorius l’a fait en son temps. Pourtant, Trevor Dunn a réussi, lui aussi, à se faire une place. L’ami des grands comme Mike Patton ou John Zorn veut suivre la voie de ses pairs et sort un premier album solo, étonnant en certains des points, décevants en beaucoup d’autres.

Impossible de passer à côté de ses performances avec Mr Bungle, Fantômas, Cobra ou encore Electric Masada, c’est donc avec intérêt que l’on se penche sur une production personnelle du musicien / compositeur. Enregistrés quasiment tout seul chez lui ces cinq dernières années, les vingt-six morceaux composant l’album accompagnent les images de petits films indépendants. L’initiative est honorable, même si la démarche n’est qu’une reformulation de ses activités passées. Chaque composition aborde un thème avec un style conducteur. L’artiste pioche allégrement chez Ennio Morricone, dans le jazz, dans l’électronique ou la chanson … En clair, un peu tout et rien à la fois. Chaque piste est « mono-riff », une seule idée rarement déclinée. L’album paraît long, et pourtant certains morceaux comme « Isabelle » ou « End Credits » réussissent à nous fasciner voire nous émouvoir, et cela grâce à la collaboration de musiciens new-yorkais comme Chris Speed à la clarinette, ou encore Marika Hughes au violoncelle.

Avec une production froide et sans âme digne des meilleurs logiciels de MAO, Trevor Dunn propose un Four Films plaisant sur trois titres et qui n’apporte pas grand-chose. Ni son jeu de basse, ni son talent de compositeur ne peuvent être complimentés ici tant la teneur du projet est insipide et bien en deçà de ce qu’il a réalisé avec d’autres. A bon entendeur…
  • Année: 2008
  • Label: Tzadik / Orkhestra

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir