:|
30 Septembre 2008

Special Providence

Space Café

par Aleksandr Lézy
Special Providence est un groupe hongrois formé de jeunes gens âgés entre 25 et 29 ans et pratiquant un genre auquel peu de musiciens s’adonnent tant il relève de l’exercice de style : la fusion jazz rock. Space Café accroche rapidement puisqu'il mélange les influences de groupes tels que Tribal Tech, pour son côté entraînant à la technique certaine mais cependant moins démonstrative, pour des soli de guitare plus légers, moins rapides, ou dans une certain mesure Weather Report, pour la complémentarité de la section basse / batterie et l’accessibilité des morceaux.

Special Providence sait écrire de bons morceaux bien riches. Certains éléments viennent toutefois réduire le potentiel de leur musique. Certes l'album contient une sensibilité élégante, mais il est toutefois parsemé soit de petites vagues d’ambiance d’ascenseur, ou de morceaux « insipides » ou « niais » (au choix) comme « After the Rain », « BBB » ou « Falling Angels ». Les rares intrusions d’un metal à la Liquid Tension Experiment ne sont guère réussies, la faute au son granuleux de guitare saturée très moyen. Néanmois, le piano et les claviers de Zoltan Csery se taillent la part belle de l’ensemble des compositions, un musicien ultra présent sans pour autant charger l’espace. Accompagné par une section rythmique redoutable avec István Bata à la basse et Adam Marko à la batterie, il subtilise à la guitare de Márton Kertész une place qu’il aurait pourtant méritée. On notera l’originalité de titres comme « Mosquito » ou « Lava » ains que le côté très progressif de la pépite « End of Childhood ».

Malgré quelques remarques négatives qui ne relèvent que d’une affaire de goût, Special Providence démontre avec ce premier album de réelles qualités musicales et offre à l’amateur de jazz rock moderne un très bon moment d’écoute. Etonnamment mature pour des garçons de cet âge-là, voilà dix morceaux bien produits, pensés et exécutés, à découvrir sans plus attendre.
  • Année: 2006
  • Label: Hunnia Records

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir