:|
23 Juin 2003

Carptree

Superhero

par Pierre Graffin
Groupe suédois bicéphale, Carptree est composé de Niclas Flinck au chant et de Carl Westholm aux claviers, arrangements et production. Dans un contexte où le genre progressif a une fâcheuse tendance à s’auto-parodier et souvent sans talent, Superhero, deuxième album du groupe, est une véritable bonne surprise.

Certes, Carptree n’innove pas ou très peu. Les influences sont presque palpables, depuis le vieux Genesis pour les constructions jusqu’à Ange pour les ambiances, en passant par Marillion époque Fish ou encore Peter Gabriel première période. Pourtant, l’alchimie fonctionne plutôt bien et l’ensemble sonne tout à fait correctement, sans verser à aucun moment dans les travers du genre. « Superhero » est à ce titre une pièce progressive type, construite en trois parties distinctes, qui aboutissent à une montée en puissance impressionnante et à un final très juste. « Fathers House » évoque irrésistiblement le dernier album de Gabriel avec, ça et là, des influences musicales variées ; la ligne de piano est d’ailleurs accompagnée de sonorité orientales atypiques mais du plus bel effet. « Calm Sea Of Their Pupils » est délicieusement dérangeant (c’est sans doute sur ce titre que l’influence d’Ange est la plus évidente) pour finir en beauté sur une véritable explosion de fureur contenue. « There Like Another », délicat, évoque souvent « Fugazi » avec un refrain très identifiable et efficace - la voix de Niclas Flinck ressemble d’ailleurs beaucoup à celle de Fish - et « Host vs Graft » s’avère être le titre le plus « marillonesque » de l’ensemble. L’album est complètement égal sans être linéaire et Carl Westholm fait montre tout le long d’un vrai talent de compositeur et de pianiste : « Watching The Clock » en est d’ailleurs la plus parfaite illustration.

A l’image du Brave de Marillion, Superhero est complètement hanté et passionnant de bout en bout. On regrettera seulement un traitement d’ensemble très sombre, à la limite du dépressif, même s’il est mis en valeur par une production très adaptée. Parfois symphonique - sans être ostentatoire - Superhero, bien qu’indéniablement réussi, est un disque un peu trop imprégné d’influences évidentes. Carptree gagnerait donc à encore affiner sa personnalité et à prendre ses marques par rapport à ses glorieux aînés. On espère vraiment que le prochain album transformera définitivement l’essai et confirmera le très fort potentiel de ces deux musiciens du Nord.
  • Année: 2003
  • Label: Progress Records

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir