:(
29 Mai 2008

Dornenreich

In Luft Geritzt

par Jérémy Bernadou
Il est toujours aussi étonnant de voir la quantité de groupe estampillés black metal qui au cours de leur carrière épurent toujours davantage leur musique. Au début, ce sont quelques nappes atmosphériques qui apparaissent timidement derrière une dominante clairement metal, puis peu à peu ces ambiances prennent du terrain jusqu'à tourner le dos au style de leurs débuts. On pense évidemment à Ulver, qui surprend à chaque album par une orientation qui reste toujours aussi cohérente avec leur passé, tout en se forgeant une personnalité forte. Les allemands de Dornenreich tentent une approche similaire, cette fois-ci dans une optique plutôt dark folk. Au regard de la quantité de formations œuvrant dans ce genre, on se rendra vite compte que ce In Luft Geritzt ne remportera pas la palme de l'originalité.

Le duo propose des titres tous construits sur un schéma similaire, faisant cohabiter une guitare acoustique et un violon dans des ambiances typiquement scandinaves. Le chant en allemand est principalement murmuré, ce qui peut sembler être une approche intéressante, tentant de théâtraliser l'ensemble d'une façon typiquement gothique. Mais au fil des écoutes, cette idée exploitée à tout va perd en crédibilité, et par conséquent n'apporte pas l'intensité espérée. Malgré le fait que cet album soit entièrement acoustique, le jeu de guitare de Jochen Stock est clairement hérité de l'univers metal : les accords sont tour à tour nerveux et mélancoliques, et la construction des mélodies reste dans cette même logique. Le violon de Thomas Riesner est très présent, que ce soit dans les moments apaisés ou plus mouvementés. Malheureusement ses interventions se font trop systématiques, remettant ainsi en cause l'équilibre de l'ensemble. Bien que les apparitions de la guitare soient souvent nuancées, le violon reste trop souvent dans le même registre, mettant difficilement en relief les compositions. Ces dernières s'en trouvent alourdies, et atteignent avec peine leur but initial de « voyage musical ».

A vrai dire, tout semble si statique que l'ennui ne se fait pas attendre, mettant en lumière le manque d'ampleur d'une musique sans réelle ambition. Alors certes, tout cela est assez onirique et reposant, mais on est assez loin des grands groupes du genre qui savent si bien « emporter l'auditeur » comme Tenhi ou Current 93...
  • Année: 2008
  • Label: Prophecy Production

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir