:)
14 Janvier 2014

The Wrong Object

After The Exhibition

par Jean-Philippe Haas

Cinq longues années après le très prometteur Stories From The Shed, c’est une nouvelle formule du groupe belge The Wrong Object qui sort du silence. En fait de groupe, il serait plus juste de parler de Michel Delville puisque le guitariste/compositeur a considérablement remanié sa bande et laissé aux nouveaux membres davantage d’espace pour composer. Entre nu-jazz, illustration sonore et jazz-rock aventureux, After The Exhibition dévoile de A(ka Moon) à Z(appa) ses influences multiples, au sein desquelles se dégage le facteur commun de la fusion des années soixante-dix. Ce deuxième album, c’est beaucoup d’énergie, des humeurs et des lieux très variés, la défiance envers une forme figée de composition. Rythmique acérée, guitares incisives et saxophones mélodiques qui mènent la danse, « Detox Gruel » prend à la gorge dès l’ouverture par sa concision et sa densité. La fusion débridée du quintette se traduit ainsi par une fougue maîtrisée et des trésors d’inventivité sur les premières plages. A partir de « Jungle Cow » qui s’ouvre sur presque six minutes de bruitisme ambient façon forêt équatoriale, le soufflé retombe un peu toutefois, bien que les rechutes de fièvre soient nombreuses. « Glass Cubes » dirigée par un piano assez économe, échappe malgré sa longueur et des passages prévisibles au cliché piano-bar grâce à un agréable duo de voix mixte et à l’emballement final. Le disque s’achève aussi bien qu’il avait commencé et le dernier titre, « Stammtisch », composé par un invité de marque, Benoît Moerlen, convie tout ce beau monde à un convivial bavardage, où chacun intervient dans la conversation musicale en donnant un avis pertinent. Peut-être un brin plus « rangé » que son prédécesseur, After The Exhibition affiche néanmoins une grande maturité, servie par de fins techniciens. Assurément l’une des sorties les plus intéressantes de chez Moonjune en 2013.

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir