:|
05 Mars 2008

Ouizzz

Power Jazz

par Jean-Philippe Haas
Formé en 2003, le power trio lausannois Ouizzz s’aventure avec son premier album vers un jazz « avec des rythmes et des mélodies influencées par le rock, la drum & bass et la musique électronique », si l’on en croit la description qu’il donne de sa musique. Un programme alléchant qui promet des parties endiablées de basse, batterie et piano.

Avec un nom pareil, on peut s’attendre à quelque chose de virevoltant, et d'un tant soit peu fun. Or, on reste un peu sur notre faim, tant le grain de folie tarde à montrer le bout de son nez. « Chepa » donne bien envie de taper du pied, mais dans l’ensemble, c’est plutôt « L’attente » qui prédomine, suave (« Nevenebbia »), voire sensuelle (« Kangoo »), mais rarement impatiente ou fébrile.

Avec un album nommé Power Jazz, on peut s’attendre également à quelque chose de viril, bourré d’hormones. Mais, là aussi, on reste un peu frustré. Quelques accès de nervosité se font bien sentir de temps à autres comme sur « Vortex » ou « 700 titres », mais il serait déraisonnable de parler de furie… Tout cela reste bien sage.

S’il faut chercher une once d’originalité sur ce disque, c’est peut-être dans les réminiscences de drum & bass qui se font régulièrement sentir. Les boucles entêtantes d’« Angel Card », les tapis rythmiques de « Famous Pizza » et de « Se Mi Sbaglio » trouveront preneur chez les amateurs du genre.

Un groupe et un album qui portent bien mal leur nom en définitive… Si Ouizzz réalise de véritables efforts (pas toujours payants… mais c’est l’intention qui compte), tout se passe comme si l'on avait passé un disque vinyle 45 tours en 33. Pour fouetter une musique plutôt convenue, on aurait souhaité davantage de singeries… Mais à défaut de passionner, Ouizzz titille !
  • Année: 2007
  • Label: PJ records

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir