:|
07 Février 2008

Tusk

The Resisting Dreamer

par Aleksandr Lézy
Tusk, Tusk, Tusk… Qui frappe à ma porte ? Un double album de Fleetwood Mac sorti en 1979 ? Cela aurait pu être le cas, mais non. Tusk, c’est le nom du projet parallèle de trois des quatre membres de Pelican. Après avoir sorti Tree of no Return (2004) et Get Ready (2006), voici The Resisting Dreamer, un disque pour le moins déroutant sous bien des aspects.

Ce qui était bien avec les deux premiers albums de Tusk, c’était le côté dérangé, dérangeant, « destroy », les blasts, les passages grind désarticulés couplés à quelques mélodies sous-jacentes : un véritable contraste avec Pelican qui joue la corde de l’émotion dans la lourdeur. Mais il faut croire que Tusk possède plusieurs visages, de multiples facettes qui orientent les éléments fondateurs du groupe dans une nouvelle direction.

Tusk n’a jamais produit de longs disques et même si celui-ci ne s’étend que sur trente-sept minutes, le bon côtoie l’anecdotique. Les deux premiers titres sont pourtant magnifiques : morceaux noisy core proches d’un post-rock mouvementé, avec l’apport de deux chanteurs et non des moindres, Toby Driver de Kayo Dot et Evan Patterson de Young Widows qui mélangent leurs voix tumultueuses. Exit donc l’ancien chanteur qui ne se retrouvait plus dans la nouvelle direction prise par le groupe. Et on le comprend en écoutant la moitié du troisième morceau ainsi que les dix-sept dernières minutes : un accord qui dure une éternité et une montée de quelques secondes au milieu de tout ça. La production colle parfaitement à la musique du groupe : sale dedans et propre autour.

The Resisting Dreamer tient plus d’un maxi EP que d’un album. Sachant de surcroît que tout cela a été enregistré de nuit, pendant les sessions de l’album de Pelican Fire in Our Throats Will Beckon the Thaw, on reste en droit d’être dubitatif. Néanmoins, le bon est vraiment très bon et l’on regrette de ne pas en avoir davantage. Mais le concept du « rêveur qui résiste » réside peut-être dans la frustration…
  • Année: 2007
  • Label: Tortuga Recordings

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir