:)
22 Février 2012

Peter Kernel

White Death Black Heart

par Aleksandr Lézy

Africantape est définitivement un label à vocation : il propose de l’excellente musique tout en continuant à dénicher d’incroyables talents. Cette fois-ci, Peter Kernel fait son apparition tel un homme élégant aux allures d’intellectuel de gauche. White Death Black Heart tombe comme un cheveu sur la soupe et bizarrement chamboule les idées reçues, les préjugés, bref en bouche littéralement un coin, comme si votre propre tête venait de heurter avec perte et fracas celui d’une table en fer forgé sous plateau en verre.

Allez, le secret peut être dévoilé : Peter Kernel n’est pas un homme ! Que l’on se rassure, ce n’est pas non plus une femme … c’est bien plus en définitive puisque derrière Peter se cachent Barbara, Aris et Ema. Le trio suisse/canadien a trouvé la planque idéale en jouant une musique teintée en premier lieu d’indie rock à la Pixies, plus particulièrement influencé par Sonic Youth, la voix de Barbara y étant pour beaucoup. Jusque là, c’est encore négociable. Le tournant se fait lorsque le groupe mélange ses maladresses des années quatre-vingts avec son léger math-rock débridé. Cette décoction épurée, brute de pomme, accentue l’effet subversif par son assurance dans les thèmes sombres et aiguisés. Le morceau « Panico ! This is Love » résume parfaitement la situation. Il n’y a pas d’amour sans anicroches, ni de croches sans double c… Non, il s’agit de double pénétration ici tant la poussée bouleverse certaines convictions, ou plus poétiquement de coup de c… (n’ayez pas l’esprit mal tourné) cœur assurément.

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir