:|
28 Septembre 2002

Pendragon

Live… at Last and More

par Florian Gonfreville

Quand on parle de videos de Pendragon, on a vite fait le tour du sujet. Hors quelques tentatives d’ailleurs déclarées désastreuses par le groupe – concerts hollandais de Den Bosch et d’Utrecht ou le clip de « Saved by You » – rien n’avait été publié avant 1996, d’où d’ailleurs le nom de cet opus (« Live… enfin ! »).

C’est lors du Masquerade Tour, à Cracovie (Pologne), que les musiciens sont convaincus de filmer à nouveau un live par Tommy Dziubinsky, leur promoteur local partagé avec Tangerine Dream, excusez du peu ! Mais si le concert date du 24/11/1996, pourquoi le sortir en 2002 ? La raison en est simple : une VHS avait été commercialisée alors, mais le DVD permet aujourd’hui le standard 5.1 et l’ajout de bonus : la classique interview de Nick Barrett, des photos (faudrait pas vieillir), une biographie et surtout… la fameuse video de « Saved by You », que tout fan se doit d’avoir vue, monument glamour des eighties ! Dommage par contre qu’en dehors du live, le son soit de si mauvaise qualité !

Ce concert est donc LE document filmé que la formation attendait de réaliser. Bouclé avec un petit budget et en quelques jours, le son en est très correct et on évite le côté « plan fixe » auquel on aurait pu s’attendre dans cette situation : une caméra sur grue a même été employée pour donner de l’ampleur. 

On découvre Barrett très à l’aise, Nolan très présent entre ses claviers, Gee alternant la basse et le piano, alors que Fudge Smith reste discret derrière ses fûts. Comme toujours le groupe délivre une musique solide et bien établie. Il connaît son répertoire, mais n’en rajoute pas, y compris en matière de jeu de scène : si statiques, nos Britanniques ! 
Ils se réveillent sur « Paintbox » puis « Breaking the Spell » et son superbe solo, tous deux dans une version très agréable, pleine d’émotion, et accentuent la tension grâce aux chœurs de « Guardian of my Soul », qui soulignent l’importance vocale de Clive Nolan. Premiers sourires du groupe, double grosse caisse, soli nerveux, participation du public : ils sont lancés.
« Last Man on Earth » suit, et n’est pas la réussite de ce concert, mais « The Shadow », ses chœurs et fantaisies rythmiques récupèrent le terrain perdu. Le reste est à l’avenant, jusqu’au public chantant a cappela en se passant du groupe (!), et montre l’aisance de Pendragon dès qu’il s’agit de délivrer des morceaux au tempo soutenu plutôt que des titres plus calmes. 

En conclusion : un document à réserver en priorité aux fans pour qui ce concert présente vraiment un intérêt. Les autres se doivent par contre, s’ils ne l’ont déjà fait, de se ruer sur l’excellent « Acoustically Challenged » que Pendragon vient de sortir et dont nous parlons dans nos pages.

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir