:|
07 Décembre 2011

Andromeda

Manifest Tyranny

par Florent Canepa

Retour de la formation suédoise qui avait marqué les esprits avec quelques réussites discographiques, à l’instar de leur dernière livraison, The Immunity Zone. Rien n’a fondamentalement changé dans leur recette metal progressif, hormis une production plus solide à travers laquelle le groupe brasse un certain nombre d’influences, du quasi thrash (le premier titre de l’album rappelle un riff de Slayer, tandis que « Play Dead » ou « Flase Flag » sont quasi-anthraxiens dans l’écriture) à des envolées plus lyriques pas si éloignées de Symphony X.

Bien entendu, le timbre clair de David Fremberg joue un rôle temporisateur, car c’est bien à un groupe mélodique que l’on a affaire… pas si extrême finalement et versant parfois même dans des ambiances FM d’un goût incertain (le début d’« Asylum » ou « Survival of the richest » évoquent Pain of Salvation qui aurait croisé un glam-band à la Pretty Maids). Ce que reprocheront peut-être les plus hostiles à Manifest Tyranny, ce n’est pas tant la simplicité du concept qui sous-tend l’album et les textes qui l’accompagnent, mais bien le recours à cet esprit old-school fait de choruses légèrement cabotins et de soli sirupeux. Gare à l’overdose pour les plus hermétiques ! Mais ceux qui vénèrent la grâce démonstrative de Liquid Tension Experiment trouveront leur bonheur musical (le guitariste Johan Reinholdz est à n’en point douter un fan de John Petrucci, tant en rythmique que soliste).

C’est finalement dans les grosses machines bien huilées d’un « Lies R Us » (proche d’Evergrey), où cet esprit à l’ancienne est complètement assumé, que l’on se dit que le groupe est tout de même conscient de son héritage. Il ne s’agit donc pas tant de faire une démonstration d’inventité à son zénith mais avant tout de faire voyager l’auditeur en terrain connu. Le shuffle FM du refrain de « Stay Unaware » ou la composition d’« Antidote », qui fleure bon son néo-Deep Purple, confirment bien qu’Andromeda s’applique à faire plaisir et à multiplier les sympathiques clins d’oeil. Ce qui n’est déjà pas si mal !

Commentaires 

#1 EddyAlbert 09-12-2011 14:58
Suivant Andromeda depuis leurs débuts (je reprenais même des titres avec mon groupe a l’époque ...), je trouve cet album assez différents des précédents, et c'est tant mieux! Chacun de leurs albums a sa personnalité et ce dernier explore la ou ne l'attend pas ... effectivement, ça tire parfois vers le Trash et même le Death, et c'est d'ailleurs toujours de bon gout; le coté FM/Prog a toujours été leur marque de fabrique (le chroniqueur n'a pas l'air d’etre au courant) ... l'album II=I en est un bon exemple. De plus, je ne reconnais pas Petrucci dans le jeu de Reinholdz, et encore moins dans sa composition ... (a part peut être "Go Back to sleep" qui sonne DT, mais c'est bien la première que je vois un possible parallèle entre les deux groupe). Bref, un très bon album que l'on saura apprécier qu’après de nombreuses écoutes, et surtout qui ne sonne pas comme une pale copie des albums précédents :)
Citer
#2 StevCals 06-10-2019 20:09
Free Cialis Samples Viagra Achat En Ligne Belgique order cialis online How To Buy Tamoxifen Cialis Generique Montreal Low Dose Propecia
Citer

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir