:|
17 Novembre 2011

Ed Wood Jr

Silence

par Aleksandr Lézy

Sorti en 2010, le Ruban de Möbius déroulait sa panoplie du petit thésard en culotte courte du math rock, pour le grand plaisir des amateurs de Battles et consorts. Les Français n’ont pas glissé sur la peau de banane que leur nom les prédestinait à croiser sur leur chemin. Le duo formé d’Olivier Desmulliez à la guitare, aux samples, synthés et autres loopers et Thibault Doutriaux à la batterie, avait les clefs du loft et s’est installé tranquillement comme l’une des figures majeures du style en France.

Comme c’est souvent le cas d’un deuxième album, Silence donne l’impression d’être nettement plus abouti dans sa conception et son approche de la composition que ne l’était Ruban de Möbius, inscrit dans une suite de morceaux répétitifs. Ed Wood Jr s’engage à nouveau dans la voie de l’expérimentation des sonorités électroniques couplée à la nervosité d’un rock décalé, mais définit une fois pour toutes les contours de son langage. Structuré et délicatement ciselé, cet album s’organise autour de l’accent mis sur le rythme et la rugosité d’une guitare cherchant perpétuellement à inonder l’espace, comme dans « IVCV » ou « Glulisine ».

C’est au nom de la musique et non du cinéma qu’Ed Wood Jr ressuscite d’entre les morts pour cet album généreux et épicé. Onze morceaux divers et variés pour une durée d’environ quarante minutes, qui réjouiront les aventuriers des équations arithmétiques et de l’énergie psychotique. Ed Wood Jr n’est définitivement plus un charlot : Silence, ça tourne !

Commentaires 

#1 Renaud22 17-11-2011 05:54
sacrément osé de s'annoncer comme les héritiers de celui qui est considéré comme le pire réalisateur américain de tous les temps !^^
Citer

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir