:|
29 Septembre 2011

Scherzoo

01

par Pierre Wawrzyniak

L’ami François Thollot, batteur émérite lyonnais, fasciné par le canterbury, la zeuhl et le jazz rock, revient avec sa nouvelle formation : Scherzoo. Scherzo : forme évoluée du menuet, aux géométries harmoniques bien définies dans le temps. Connaissant l‘amour du bonhomme pour Stravinsky, on pourra y voir un hommage aux Scherzos Fantastique et Russe du sieur Igor. Le second o sonne comme une référence au ’Wazoo’ de Zappa et annonce une musique électrique.

Scherzoo nous offre un premier opus vraiment intéressant, qui apporte des nouvelles idées au grand brainstorming du genre du zeuhl jazz français instrumental initié par Zao dans les années soixante-dix et maintenant largement représenté par One Shot. Ici, l’essentiel du matériel harmonique est joué par le quatuor saxophone-fender rhodes-la très discrète guitare-la monolithique basse. Les morceaux d’ouverture sont assez cycliques, basés sur l’improvisation et des motifs épileptiques déclinés sur de multiples plans. A certains moments, les interprètes ne semblent pas encore assurés lors de leurs prises de position : on a une sensation de pas assez. Mais la seconde partie de l’album s’envole vers des territoires merveilleux et poétiques, la musique gagne en intensité et atteint des cimes lors d’un epic final ébouriffant lorgnant du côté d’un Crimson revu et corrigé à la française. Scherzoo pourrait bien nous avoir pondu une BO alternative pour la Planète Sauvage (dessin animé de science fiction de Laloux et Topor, ndlr).

Un produit bien de chez nous que l’on n’aura nullement honte d’exporter.

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir