Live Report

(((Starechoe)))

12 Juillet 2011

Tritonales (2/3) : Une soirée parsemée d'étoiles

par Martial Briclot

C’est un pari audacieux auquel le public des Tritonales est convié : un baptême musical célébrant la naissance de (((Starechoe))), projet hybride où progressif et musique ethnique s’accouplent dans un cocon de jazz. Le père du nouveau-né se nomme Franck Vaillant, batteur globe-trotter ayant traversé les continents au sein de la formation rock-world Lo’jo, et rompu aux tendances actuelles du jazz européen. Ses multiples expériences lui permettent d’unir en une même entité cinq artistes provenant de planètes bien différentes, mais s’attirant et se complétant dans un univers sans limites.

Pièce maîtresse de la bande, Vincent Ségal (reconnu pour ses talents de soliste mais également d’arrangeur, la liste de ses collaborations impressionnant tout autant que celle de ses comparses : M, Sting, Cesaria Evora, Bashung…) exploite la moindre parcelle de son violoncelle électrique, se détournant parfois des usages les plus courants pour en extirper slides et autres accords grattés, tout en portant la plupart des phrasés mélodiques de l’ensemble. Mehdi Haddab (artiste signé sur le label Real World de Peter Gabriel) lui donne la réplique et passe difficilement inaperçu : véritable « oud-hero » à l’instrument savamment décoré et au look très étudié, il offre de nombreux instants de virtuosité. Cette vision peut sembler réductrice, mais il ne suffit que d’une poignée de secondes pour saisir la portée du phénomène musical. Dans une approche instrumentale inédite, il applique les techniques guitaristiques « rock » voire funk aux gammes orientales, en y ajoutant une pointe d’effet toujours mesurée, dans le souci permanent de ne pas dénaturer les sonorités originales de l’instrument.

Définir le style musical de (((Starechoe))) n’est pas chose aisée, mais si l’on imagine un jazz jouant les équilibristes entre le progressif et les musiques ethniques sans jamais commettre l’impair du cliché world, on touche du doigt l’âme du groupe, sans pour autant en saisir toutes les subtilités. Ainsi, l’artiste expérimental Mike Ladd apporte un coup de pinceau sec et urbain sur une toile affranchie de toute contrainte. Lors de ses interventions, il prêche, scande et rappe, donnant un tournant inattendu à cette route déjà bien peu prévisible.

Piliers rythmiques aux côtés de Frank Vaillant, Mosin Hussain Kawa et Loy Ehrlich ne sont pas en reste. Le premier, virtuose des tablas, soutient efficacement le batteur en apportant un regain d’énergie exaltant, gratifiant parfois l’ensemble d’un chant aérien ou de percussions vocales surprenantes. Quant au second, créateur du gumbass, son instrument pourrait à lui seul constituer la note d’intention de la formation : cette fusion du guembri traditionnel et d’une basse fretless, au son rond et profond, symbolise parfaitement le métissage stylistique.

Si l’audace ne paye pas ce soir là en terme de fréquentation, la réussite artistique de (((Starechoe))) est incontestable tant l’initiative est originale et maîtrisée. Structurée et mélodique, cette musique sait se rendre accessible, dans un esprit permanent de partage et de plaisir du jeu. Une seule envie à l’issue de ce concert : prolonger l’expérience sur disque et poser à nouveau un pied dans cet univers.

Concert du 16 juin 2011 / Le Triton (Les Lilas)

Galerie

Photos par Mathieu Teissier

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir