:|
03 Mai 2011

Evergrey

Glorious Collision

par Jean-Philippe Haas

A l'image d'Evergrey, le power metal mélodique suédois semble en panne d'inspiration. On a en effet connu Tom Englund plus ambitieux et moins calculateur que sur ce Glorious Collision. Le successeur du très mitigé Torn aurait si bien pu convenir pour une énième battle Allen/Lande de Magnus Karlsson que c'en est parfois presque caricatural (« Restoring the Loss », « It Comes From Within » pour n'en citer qu'une paire). Le chanteur/guitariste partage en effet avec son compatriote bon nombre de tics de composition et la propension à aligner refrains faciles, riffs éculés et autres parties vocales à la limite du cliché. Malheureusement, malgré ses indéniables qualités vocales, Englund ne dispose pas de deux chanteurs prestigieux capables d'éviter un naufrage... De ce manège bien huilé où se succèdent sans interruption des titres calibrés à la puissance bien propre, peu de choses sont à retenir, pour ne pas dire rien, du moins pour celles et ceux qui ont vu jadis en Evergrey le porte-étendard d'un genre aujourd'hui encore très populaire. Glorious Collision, s'il parvient à assurer le minimum syndical en matière de power metal « facile » et commercial, ne sera pas le digne successeur tant attendu de Recreation Day, seul véritable fait d'arme du groupe en fin de compte. Il semble d'ailleurs de moins en moins probable que les Suédois sortent un jour d'une routine qui a l’air de fort bien leur convenir.

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir