:|
02 Novembre 2007

Vanishing Point

The Fourth Season

par Julien Damotte
A l’écoute de cet album, ou même à la simple vue de la pochette, assez laide, il faut en convenir, on entend déjà les critiques débouler au galop. Et pourtant... Non, Vanishing Point n’est pas un « énième » groupe de metal progressif sans intérêt. Non, Vanishing Point n’est pas un simple clone d’Evergrey, même si ces Australiens marchent souvent sur les plates-bandes du groupe suédois. Non, Vanishing Point n’est pas à Evergrey ce que sont les Grecs de Wastefall à Pain Of Salvation. Non, Vanishing Point ne tombe pas dans les clichés du genre et non, ils ne rendent pas hommage à Vivaldi (et ce malgré le titre de l’album). The Fourth Season est plutôt l’un de ces rares albums apportant encore quelque chose à ce style.

Mais alors comment avoir pu jusque-là passer à côté d’un tel phénomène ? En effet, comme son nom l’indique, The Fourth Season est bien le quatrième album du groupe. Si depuis leur œuvre précédente, Embrace the Silence, ces cinq musiciens ont quelque peu durci le ton, la production est quant à elle plus léchée que jamais et vient servir une puissance sonore maîtrisée.
Les guitares saturées sont présentes mais pas trop, et les nappes de claviers viennent grossir les accords sans pour autant en altérer la puissance. Mais la qualité première de cet album réside avant tout dans la qualité des compositions. Bien plus qu’un simple exercice de style, chaque titre est une véritable chanson, avec un thème, des couplets et surtout un refrain accrocheur, à l’image de « Tyranny Of distance » ou encore « I Within I ».

Bien sûr, on n’évitera pas le sentiment de « déjà entendu » ça et là. Pourtant, si la voix de Silvio Massaro se rapproche de celle de Tom Englund, ou si certains passages paraissent empruntés à tel ou tel groupe de metal progressif, ce n’est que pour mieux s’en démarquer. Tout est authentique, que ce soit la puissance (« Hope Among the Heartless ») ou l’émotion (« A Day of Difference »). Contrairement à nombre de ses confrères, Vanishing Point ne surjoue pas. Les soli de guitare vont droit au but, sans fioritures, et les rares passages instrumentaux ne tombent jamais dans la démonstration stérile.

The Fourth Season est donc un très bon album de metal progressif, plutôt sombre mais jamais larmoyant. Il est à conseiller à ceux que le dernier Evergrey a laissé de marbre, mais aussi et surtout à tous ceux qui apprécient une bonne musique authentique et sans excès de zèle.

  • Année: 2007
  • Label: Dockyard1

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir