:|
21 Septembre 2007

Z

Mikabe

par Jean-Philippe Haas
Difficile de croire que Z est né des cendres du groupe de punk japonais There is a Light that never goes. Difficile en effet d’imaginer qu’après le split de ce groupe en 2002, ses membres décidèrent de monter une formation jazz menée par une guitare et un saxophone. Et pourtant, le résultat est là, encore au-delà de toute prévision : entre free jazz et rock atonal, Z a décidé de se positionner là où on ne l’attendait pas.

En effet, ce Mikabe promène allègrement l’auditeur dans toutes les pièces d’une maison non-euclidienne. C’est par une incursion dans le grenier, où se terre un free jazz possédé par une voix torturée et criarde, que débute la visite (« Gohyaku Manyen »). Puis, ici, Z est de passage à la cuisine, où il expérimente des recettes à base de déstructurations (« Daikainenten »). Là, ce sont de brèves incursions dans un débarras où s’entassent pêle-mêle math rock, post rock et autres mutants (« Netsumonogatari »). Remisées à la cave, les racines punk de Z trouvent parfois le moyen de s’extirper de leur humide retraite et de surgir au détour d’un couloir, de manière impromptue, venant prêter main forte à un saxophone éternellement souffrant (« Zushiki Man »).

Malgré tout, Mikabe n’échappe pas aux défauts inhérents à toute œuvre expérimentale, épuisant certaines recettes à l’extrême, de façon un peu anarchique parfois. Alors que « Gohyaku Manyen » semblait donner le ton, avec son rock volcanique, écorché, dissonant et expérimentant tous azimuts, « Mugen » et « Ikusa » font retomber l’album comme un soufflé. Leur exaspérante linéarité, entrecoupée des plaintes éraillées du saxophone et de déchirures de guitares dissipe rapidement une attention pourtant durement conquise.

De l’audace, Z en a sans l’ombre d’un doute, et ce disque comblera d’aise les inconditionnels de japonaiseries savantes, débridées et décomplexées. Du fait de son inconstance, il peinera cependant à conquérir la totalité du public auquel il s’adresse, celui de la musique expérimentale.
  • Année: 2007
  • Label: Transduction Records

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir