:|
25 Avril 2007

Opposite Day

Fictional Biology

par Jean-Philippe Haas
« Educational art rock for animals ». C’est la définition fournie par Opposite Day pour qualifier sa musique. Bien qu’incomplète et quelque peu restrictive, « System Of A Down s’acoquine avec Frank Zappa » serait une définition sans doute plus parlante. En effet, ce trio texan délivre dans son second album Fictional Biology des chansons à la fois courtes, puissantes et déjantées, entre rock alternatif, jazz et metal.

Mais tout n’est pas aussi simple. Malgré l’extrême concision des titres (entre deux minutes et quatre minutes trente), Opposite Day réussit à y placer plus de variations que de nombreux groupes de rock soi-disant progressif dans leurs tartines d’un quart d’heure. Des variations parfois inattendues qui confèrent un intérêt sans cesse renouvelé à chaque écoute. A titre d’exemple, on trouvera du funk, du jazz et du punk dans l’instrumental « Yo! O.D. Rocks the Club ». L’influence de Frank Zappa est l’une des plus criante, autant dans l’incongruité des transitions que dans l’humour des textes… mais ce n’est pas la seule, loin de là : Gentle Giant (« Stinky »), System Of A Down (« Sweatshirt Song », « Southeast Asia »), Midnight Oil (« The Monroe Doctrine » évoque furieusement les tout premiers disques des australiens), The Monty Python (les paroles de « It’s A Deal » sont aussi inintéressantes qu’à mourir de rire) répondent également présents à l’appel de cet album totalement décalé. Entre autres facéties, Opposite Day a repris en concert et à sa manière la totalité de la compilation « The Immaculate Collection » de Madonna… avec plus ou moins de bonheur il faut le souligner ! Résultat à constater sur le site officiel…

Un album court (beaucoup trop court ! Trente minutes à peine !) et plein de fraîcheur qui glisse entre les oreilles avec une facilité déconcertante. Totalement indispensable en ces temps de disette humoristique, Fictional Biology remplacera avantageusement votre boîte de Prozac pour une somme dérisoire. Et les seuls effets secondaires à craindre sont le sourire et un irrépressible dodelinement de la tête.
  • Année: 2005
  • Label: Autoproduction

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir