Dossier

Acteurs de l'Ombre

15 Décembre 2007

Acteurs de l'Ombre

par Jérôme Walczak

FESTIVAL : ACTEURS DE L'OMBRE

  Artistes : Ad Vitam Aeternam/Lac Placide Lieu : Paris, Le Klub (14 rue Saint Denis) Date : 11 novembre 2007
Photos : Fabrice Journo

« Les Acteurs de l’Ombre », est une association originaire d’Aix-en-Provence qui cherche avec une fougue, une foi et une détermination qui frisent le respect à mettre sur la scène les oubliés du metal, les petits groupes, ceux que personne n’ira entendre sur les médias officiels. Cette poignée de passionnés organise deux fois par mois un mini-festival au Klub, petite salle parisienne rappelant aux plus jeunes trentenaires les répétitions dans le garage du paternel. Quatre ou cinq groupes sont généralement invités, allant du metal le plus échevelant au death le plus cataplectique… Parfois le progressif s’invite et c’est sur les deux derniers moments de ce concert patriotique sentant la poudre et le bleuet que nous allons insister…

Une centaine de places vendues : ici, le cheveu long est présent au kilomètre, beaucoup d’amateurs se connaissent et tous savent qu’au Klub, un dimanche sur deux, ils iront à la rencontre de la musique qui les passionne. Une ambiance tranquille, sympathique, et malgré un son qui parfois subissait quelques couacs, l’enthousiasme général fut au rendez-vous.

Ad Vitam Aeternam fut l’avant dernier groupe, arrivant à l’épicentre d’un concert où le public était déjà bien échauffé par trois sets très death metal (Funeral Dawn, Fäeryhell, Krepuskule), sur lequel votre serviteur, ne reculant certes devant aucun sacrifice en temps ordinaire, aurait bien du mal à s’appesantir tant cette musique si énergique est éloignée de son univers… Parlons plutôt prog quelques minutes, il était de toute façon là pour ça.

Les deux chanteuses d’Ad Vitam Aeternam gagnent à être connues. Elles venaient apporter un peu d’emphase et de douceur en ponctuant, fées lumineuses à la cuirasse métallique, quelques morceaux dynamiques joués par des artistes empathiques, n’hésitant pas à se regarder et à se sourire en prenant un évident plaisir à interpréter leur musique. Les deux voix, puissantes et justes, étaient en constante harmonie et les autres membres du groupe n’hésitaient pas à leur laisser le champ libre, en mettant en valeur ces joyaux et en leur servant d’écrin plus qu’honorable. Ad Vitam Aeternam propose une musique vigoureuse, aux tonalités médiévales et introspectives, avec de véritables mélodies, avec style, le tout entremêlé d’ambiances gothiques un peu datées mais qui ont ravi les nostalgiques venus en nombre ce soir-là pour ce petit voyage dans le temps de leur adolescence… Inutile de dire qu’ils furent comblés. Tout cela était ponctué de guitares maîtrisées, de samples bien installés… La première image venant à l’esprit serait celle-ci : Mostly Autumn avec un peu plus de testostérone. Disons pour faire simple que la grâce, toujours présente, n’a jamais cédé le pas aux muscles et à la vigueur. Ad Vitam Aeternam n’ennuie pas, les morceaux sont construits, développés. Une bien belle surprise qui annonçait tranquillement la fin d’un bon petit « festival », incarnée par les Parisiens de Lac Placide et leur nouvelle chanteuse, l’Apicultrice.

La soirée était donc à la féminité et à la grâce, ce qui n’a pas empêché l’ensemble des concerts d’être d’un vigoureux dynamisme, et c’est un euphémisme ! Ces dames ne s’en laissent pas conter et la nouvelle chanteuse de Lac Placide a de nombreux arguments artistiques à défendre, ce qu’elle ne manqua pas de faire, en dépit de quelques petits soucis techniques introductifs venant entacher le début du concert de nos placides lacustres…

Tout commence par un petit écoulement de ruisseau, quelques mélodies bien dansantes et si notre reine des abeilles eut quelques difficultés à trouver ses marques en début de set, elle s’en tira magistralement et fut saluée par de très encourageants applaudissements. Les mélodies de Lac Placide attirent l'attention, les accompagnements et les chœurs sont plus que convenables : le groupe est sérieux, organisé, quasi professionnel et maîtrise parfaitement ses ambiances et ses mélodies, ici particulièrement accrocheuses, le tout étant ponctué par les moments d’humour du Sénéchal, les sourires, la joie d’être là et la volonté de s’épancher un peu plus que d’ordinaire, malheureusement contrariée par l’exiguïté de la scène... Notre apicultrice est une ouvrière habile, n’hésitant pas à ponctuer (on aurait aimé avec un peu plus de puissance) les saillies du Sénéchal et devant encore trouver une place d’honneur qui lui serait plus que méritée. Les claviers de Lac Placide sont leur autre force : les sons voluptueux, les instruments partant dans tous les sens, les mélodies se succédant sans fin et l’osmose avec le public faisant plaisir à voir…

Un rayon de soleil dans ce froid hiver… Après de tels concerts, on souhaiterait que ce soit novembre toute l’année, c’est dire ! Un grand merci aux Ombreux, et longue vie à eux…

Jérôme Walczak

site web Acteurs de l'Ombre : http://www.lesacteursdelombre.com
site web Ad Vitam Aeternam : http://www.myspace.com/advitamaeternam
site web Lac Placide : http://www.lacplacide.com

retour au sommaire

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir