:|
15 Octobre 2006

Banco Del Mutuo Soccorso

...Di Terra

par Brendan Rogel

Nombreux sont les groupes ou artistes qui, à un moment donné de leur carrière, s’offrent le luxe de se faire accompagner d’un orchestre pour réinterpréter leur musique sur scène, bien que le résultat final ne soit pas souvent probant. Il est plus rare qu’une telle association soit à l’origine d’une œuvre à part entière : après la demi-réussite de Yes avec « Time And A Word », c’est au tour des italiens de Banco Del Mutuo Soccorso, qui ont déjà prouvé leur amour pour la musique classique, de s’essayer à cet exercice difficile en faisant appel à l’Orchestra dell'Unione Musiciti di Roma.

D’entrée, plusieurs points retiennent l’attention de l’auditeur s’étant déjà essayé à leurs précédents albums. Pour un bon équilibre entre rock symphonique et musique classique, les frères Nocenzi, têtes pensantes du groupe, mettent leurs orgues, clavecins et synthétiseurs sensiblement en retrait, et sacrifient aussi leur chanteur Francesco Di Giacomo (ce dernier possède pourtant un chant on ne peut plus pastoral qui aurait trouvé sa place ici) afin de se pencher sur la conception d’une suite exclusivement instrumentale.

Ce cadre particulier permet à Vittorio Nocenzi (conducteur de l’orchestre) d’évoluer vers une musique tout aussi ambitieuse et inventive qu’auparavant mais radicalement différente d’un « Io Sono Nato Libero ». La marque d’un quelconque rock progressif disparaît parfois même complètement, notamment dans la sublime introduction au piano de « Ne piu di un albero non meno di una stella » qui s’inspire clairement du romantisme italien, ou encore sur le morceau-titre qui conclue brillamment cette épopée musicale.

En conclusion, …Di Terra se révèle être un OVNI difficilement identifiable comme progressif, mais qui peut attirer les amateurs de la mouvance par son ambition à créer des liens entre différents genres, la musique classique lyrique, une touche de contemporain et ce rock symphonique si cher à cette époque.

  • Année: 1978
  • Label: Virgin Records

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir