:|
23 Décembre 2002

Paatos

Timeloss

par Julien Negro
En matière de progressif comme pour beaucoup d’autres styles, la relève vient actuellement du froid. Les groupes suédois, norvégiens et autres s’imposent petit à petit sur toutes les scènes avec des albums de plus en plus recherchés et originaux, et Paatos est de ceux-là. Le lecteur assidu de Progressia en aura d’ailleurs déjà entendu parler : Mikael Akerfeldt, guitariste de Opeth, nous avait conseillé de jeter une oreille sur ce petit bijou. Et il faut dire que le bonhomme était loin d’avoir tort.
Ici, il n’est aucunement question de metal, mais d’un savant mélange de diverses influences rock prog, le tout orchestré par quatre excellents musiciens et une chanteuse à la voix sublime. Sans être transcendante, la production sert parfaitement la musique de cet extraordinaire quintet et lui donne une couleur tout à fait spéciale. Les influences sont à chercher du côté d’Anekdoten (époque From within), de Portishead mais également de Björk. Les morceaux de la formation baignent ça et là dans une atmosphère crimsonienne, belle et sombre à la fois, le tout survolé par la voix de Petronella Metermalm, particulièrement émotive (cf. « Hypnotique » et son intro piano/voix qui se passe de commentaires). Les musiciens n’ont pas hésité à faire appel à plusieurs instruments à vent (flûte, trompette ou trombone) ainsi qu’à des percussions, qui donnent à chaque morceau son identité propre. On commence ainsi par une pièce belle et inspirée, dans un esprit « latin jazz » (« Sensor »), pour finir sur un titre d’une douzaine de minutes, mêlant rythmiques jungle et solo de flûte du plus bel effet (« Quits »). Au rayon des petits « plus », il faut également noter le chant en suédois sur le court mais savoureux « Téa », qui rajoute une touche éthérée à la composition. Bref, vous l’aurez compris, ce Timeloss est une véritable bouffée d’oxygène et on ne pourra finalement lui fait qu’un reproche : quarante minutes, c’est trop peu pour une musique si riche et agréable à écouter.
On attend la suite avec impatience, en espérant qu’ils continueront sur cette lancée.
  • Année: 2002
  • Label: Stockholm Record

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir