:|
26 Août 2005

Popol Vuh

Letzte Tage-Letzte Nächte-rééd

par Jean-Daniel Kleisl

Voici le deuxième album, phare dit-on, de Popol Vuh. Publié un an après Das Hohelied Solomos, soit en 1976, Letzte Tage ~ Letzte Nächte est déjà le septième élément de l’imposante discographie popolvuhesque. Au trio de base Fricke-Fichelscher-Yun viennent s’ajouter pour cette livraison les ex-Amon Düül Renate Knaup (voix) et Al Gromer (sitar), ainsi que Ted de Jong (tamboura).

Oh surprise, lorsque l’on se souvient du goût amer laissé par les disques précédents, cet album est très plaisant. Tout semble comme si Fricke s’est contenté d’une participation tout à fait secondaire pour laisser le rôle principal à Daniel Fichelscher, tant le travail de ce dernier sur les guitares et les percussions est excellent. Si la musique de Popol Vuh est toujours destinée à la méditation et à l’envoûtement transcendantal, force est de constater qu’elle revêt cette fois un petit côté rock absent de l’album précédent !

Un autre point positif : les interventions vocales tout à fait judicieuses de Djong Yun et Renate Knaup apportent un plus non négligeable. On peut y découvrir un côté « magmatique » très prenant sur « Oh wie weit ist der Weg hinauf » ainsi que sur le « Kyrie » qui, par leur côté répétitif et lancinant, montrent bien des points communs, vocalement, avec la bande à Vander. « Dort is der Weg » a pu servir d’inspiration au « Dustgold » de Landberk (voir l’album Indian Summer). En revanche, les boni qui augmentent de moitié la durée originale de cet album de trente minutes n’apportent strictement rien.

Différent de Das Hohelied Solomos, Letzte Tage ~ Letzte Nächte l’est certainement, et pour le meilleur. S’il est un album de Popol Vuh qu’il faut écouter, ce serait celui-là. Par la suite, le groupe s’engoncera dans les musiques des films de Werner Herzog qui rendront sa carrière bien anecdotique.

  • Année: 2005
  • Label: 10 Worlds

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir