:)
11 Décembre 2002

Flatstick

Omnicore

par Julien Negro
Omnicore, premier album du duo australien Flatstick, est certes sorti au début de l’année 2002, mais nous leur donnons aujourd’hui un petit coup de pouce, car ce disque - uniquement disponible sur le net - est une petite perle. Bien que le style ne s’apparente pas à proprement parler à du progressif, la démarche et l’esprit général de cette galette poussent à la classer dans cette catégorie. Pour vous donner une idée, imaginez un mélange entre Mister Bungle, Bumblefoot et Atheist ! Le son est propre et permet d’apprécier à leur juste valeur les neuf bombes que contient cet album. Le guitariste est loin d’être un manchot (cf. « Adios », « Bitter » et ses envolées « vaiesques »), le bassiste n’hésite pas à se lâcher de temps en temps (« Bend over » recèle des parties slappées à faire pâlir de nombreux bassistes) et possède un groove particulièrement palpable. La batterie est une boîte à rythmes parfaitement programmée, et il faut tendre l’oreille pour se rendre compte de la chose. La voix quant à elle, verse la plupart du temps dans un hard core assez agressif sans oublier d’être mélodique sur les titres qui s’y prettent le plus. On trouve donc de tout dans ce Omnicore, les deux hurluberlus aimant mélanger les influences à outrance. On passe ainsi du thrash le plus bourrin à des passages plus pop où le chanteur nous fait l’éloge de l’amour sur la plage (« Twilight dementia »), en passant par des morceaux plus extrêmes où l’influence de Cynic et Atheist est omniprésente (« Not fit to breath ») sans que le chant ne tombe pour autant dans les growlings traditionnels du style. On retrouve également des passages assez hispanisants (« J.E.L.L.U.S. »), et d’autres inspirés par des groupes de néo-punk comme Green Day ou Offspring (« Tony ! ») ou incluant des éléments techno et jungle (« The perfect day », « Bitter »). Mais le sommet est atteint avec l’excellent « Bend over » et son thème interprété au saxophone, petit bijou mêlant death metal et jazz rock, où le groupe n’a pas eu peur d’expérimenter à l’extrême. En conclusion, si vous n’avez pas froid aux yeux et aimez les créations bien barrées et originales, ruez-vous sur ce Omnicore prophétique qui risque de tourner en boucle sur votre platine. Quelques extraits sont disponibles sur le site mp3.com vous en donner un avant-goût.
  • Année: 2002
  • Label: N.C.

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir