:|
28 Février 2005

Silent Edge

In the Eyes of the Shadow

par Dan Tordjman
Les Hollandais de Silent Edge avait déjà fait parler d’eux en 2001, au lendemain d’un remarquable concert dans le cadre du Prog Power et lors de la sortie de leur démo Under A Shaded Moon, que nous avions chroniquée.

Après un an et demi de gestation, le groupe batave mené par le guitariste Emo Suripatty et le claviériste Minggus Gasperz, sort son premier album, sur lequel l’influence de Symphony X est la plus flagrante. Malgré cela, force est d’admettre que Silent Edge place la barre très haut avec ce premier disque. Tout y est : le bagage technique des musiciens est fort impressionnant, la production est puissante et claire, et Willem Verwoert (chant) ne tombe pas dans le travers de trop de groupes du genre, qui est de hurler à tout va. Il se contentant de poser sereinement sa voix.

Si les titres ont l’ambition d’être puissants, ils ont pour défaut majeur d’être longs, très longs. Leur durée moyenne oscille en effet entre cinq et huit minutes, mais le matériel musical ne semble pas justifier cette dilatation. La lassitude risque de gagner rapidement et il faut une certaine patience pour arriver au bout du disque. N’attendez pas d’originalité à l’écoute de In The Eyes Of The Shadow, vous seriez déçu, sauf – peut-être - par l’acoustique “The Curse I Hold Within“. Ce disque n’apporte malheureusement rien au style que nous affectionnons. En revanche, il ravira les fans de titres épiques à la Symphony X ou Yngwie Malmsteen.

Silent Edge possède un niveau indéniable et un potentiel non négligeable, mais propose une musique sans doute trop uniforme. Si à l’avenir le groupe envisageait d’élargir son style et de tenter des incursions sur des terrains musicaux non explorés, tout serait réuni pour faire de lui un espoir de la scène metal progressive actuelle. Souhaitons qu’ils y parviennent.
  • Année: 2003
  • Label: DVS Records

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir