:|
18 Novembre 2004

Neal Morse

Testimony Live

par Dan Tordjman
Neal Morse revient… encore ! Comme le nom du DVD l’indique, il s’agit de la retranscription live de l’intégralité de Testimony, premier album du chanteur multi-instrumentiste depuis son départ de Spock’s Beard. Pour l’occasion, Morse s’est entouré d’une troupe - 8 musiciens sur scène tout de même - dont Mike Portnoy (Dream Theater), déjà présent sur les versions studio. Même si les autres sont moins connus, certains ont contribué a Testimony, comme Eric Brenton, Rick Altizer ou Mark Leniger.

La surprise est assez agréable, puisque Neal Morse permet ainsi de découvrir des musiciens de haut niveau comme Bert Baldwin aux claviers et Randy George à la basse, qui forme pour le coup avec Mike Portnoy une section rythmique impeccable. Eric Brenton et Rick Altizer font, eux, offices d’hommes à tout faire, le premier en charge du violon, de la guitare, lap steel guitar, flûte, et mandoline en plus des chœurs, le second s’occupant de la guitare, des claviers et percussions et de quelques parties de chant principal.
Quant à Mike Portnoy, à l’allure de taliban en cavale, on le voit évoluer plus en retrait dans un rôle d’accompagnateur. Mais le meneur de Dream Theater ne peut pas se retenir et prend toujours part au spectacle en faisant tourner ses baguettes et en sortant quelques plans hallucinants dont il a le secret. Il est comme ça, Mike…

Musicalement, l’interprétation est sans faille et très fidèle à la version studio. Le premier DVD est consacré à l’intégralité de l’album et on rentre vraiment dans le vif du sujet avec “California Nights“ pour mieux enchaîner avec “Colder In The Sun“. La première accalmie survient avec le redondant “Sleeping Jesus“. Toute cette messe progressive rendant grâce à Dieu, semble plaire au public du 013 de Tilburg – la même salle dans laquelle Transatlantic enregistra son DVD - venu en masse pour l’événement. D’ailleurs tous répondent présents à Neal Morse quand ce dernier sollicite un “Hallelujah“ et un “Amen“ : autant de signes d’un recyclage possible si un jour le musicien tombe en panne d’inspiration ! Ne manque plus le numéro gratuit défilant en bas de l’écran Dial 1-800-Neal Morse Church !

Arrivé à la fin de « God’s Theme 2 » tout le groupe s’en va pour laisser Neal, seul en tête-à-tête avec le public pour la reprise de “The Land Of Beginning Again. Avant de s’en aller a son tour… pour revenir peu après pour le rappel figurant sur le second DVD. Rappel copieux comme à l’habitude de l’ex de la Barbe, puisque l’on a droit a “We All Need Some Light“, “The Light“ qui provoque l’hystérie du 013, et enfin, excusez du peu “Stranger In Your Soul“. Généreux dites-vous ?
Le deuxième disque comprend en plus du rappel une galerie photo et un documentaire filmé par les caméras des musiciens eux-mêmes – on prévient même avant le début du documentaire ! - on y voit par exemple le groupe à l’aéroport montrant tout le matériel de la tournée en attendant Mike Portnoy, les répétitions du groupe… En somme un bonus tout ce qu’i y a de plus classique mais toujours agréable.

Bref : ce DVD ne révèle pas vraiment de différence entre la version studio et la version live de Testimony. En revanche on y découvre un Neal Morse en véritable bête de scène, jouant avec le public comme un bébé avec son Babar en peluche(NdRC : régression, Dan, régression…Besoin d’une cuddling party ?), et une parfaite connivence entre les musiciens : Neal Morse charrie tour à tour Portnoy et Brenton, Rick Altizer et Bert Baldwin dansent la gigue par moments… Que du bonheur.
Les angles de vue sont assez variés : on appréciera par exemple la caméra placée au-dessus de Mike Portnoy ou de Morse. On découvrira aussi le niveau technique de Bert Baldwin aux claviers, qui n’a rien à envier à son employeur du moment. On peut dire de Testimony Live qu’il trouvera grâce, non pas auprès du Seigneur car tout est déjà fait pour, mais auprès de ceux qui restent encore dubitatifs face à l’album studio. Si ce dernier comporte certaines longueurs, la version concert y remédie.

  • Année: 2004
  • Label: InsideOut Music

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir